1984-1988 Début de la fin - Pink Floyd

Aller au contenu

Menu principal

1984-1988 Début de la fin

Pink Floyd > Histoire

The Wall sera considéré comme étant un énorme projet. C'est Roger Waters qui s'attelle à la tâche en 1978. Son travail laisse entrevoir 2 ébauches d'albums; The Wall (Le Mur) et The Pros And Cons Hitch-Hiking (Le Pour et Le Contre de l'Auto-Stop).

Il présente ses démos aux autres membres du groupe qui opte pour The Wall. Le concept derrière l'album était passablement élaboré, mais Waters réécrira l'ensemble de l'album, à Nice en France, où sera enregistré l'album.

En France, puisque le 6 avril 1979 le groupe dût quitter l'Angleterre, et ce, pour une période minimale de 1 an, afin de palier à de sérieux problèmes à venir avec le fisc Anglais, suite à des fonds qu'avaient investis, avant impôts, les membres du groupe (1 milions de livres). Ces fonds avaient été investis auprès d'une société de placements, dont l'administrateur aurait tout perdu et qui choisi de s'enfuir en Espagne. Afin de se soustraire aux impôts qui auraient dûs être versés, suivant cet investissement fait avant impôts, en s'exilant un an, les membres du groupe se soustraiyait en quelque sorte au fisc.

Dans la préparation de cet album, débutera des différents entre les membres du groupe, qui mèneront à la fragmentation du groupe. D'abord par le départ de Rick Wright qui sera littéralement évincé par Roger Waters, puis par le départ pour une carrère solo de ce dernier, suivant la sortie de l'album The Final Cut (La Coupure Finale), album hommage au père de Roger Waters, mais dont le titre semble être prémonitoire au départ de Waters. Fait non négligeable, Rick Wright sera engagé comme claviériste du groupe pour la tournée et sera le seul à faire de l'argent, puisqu'il touchait alors un salaire, et que la tournée n'aura pas été rentable. Ce dernier a été évincé suite à son refus d'écourter ses vacances pour terminer l'enregistrement de l'album. De fait, Sony augmentait les pourcentages attribuable au groupe, s'il parvenait à livrer l'album avant la fin de l'année. mais de toute évidence déjà régnait un climat malsain au sein du groupe, et de toute évidence, une animisosité entre Waters et Wright.

Le mixage de l'album sera fait aux États-Unis, sous la supervision de David Gilmour et Roger Waters. L'album double sort le 30 novembre 1979 en Angleterre puis le 8 décembre aux États-Unis. La tournée The Wall débute le 7 février 1980, aux États-Unis. Les membres du groupe arrive tôt en Amérique, afin de travaillé au spectacle. La tournée prévoyait des effets son et lumière et un montage scénique hors du commun. Au fur et à mesure que le spectacle avançait, un mur se construisait au devant des musiciens, de sorte qu'à la fin de la première partie du spectacle, un mur se dressait devant les spectateurs. Cet aspect nécessitait d'énormes infrastructure, impliquant des manipulations, de la mécanique et devait tenir compte du démontage de l'ensemble. En début février, en prévisions du début de la tournée prévue pour le 24 à new-York, le groupe aménage la scène au Sports Arena de Los Angeles, en Californie, pour procéder aux mises au point.

La tournée sera la plus courte de Pink Floyd, et ce malgré le succès commercial de l'album. 18 représentations au total en 1980, soit 12 dans 2 dans villes Américaine (Los Angelles et Uniondale dans le Long Island) en février et 6 à Londres en août. Une deuxième tournée débutera seulement en février 1981. 8 représentations en Allemagne (Dortmund) en février et 5 à Londres en juin.

Lors des représentations au Earl Court Exhibition Hall de Londres en juin, le groupe tel q'on l'a toujours connu (Roger Waters, David Gilmour, Rick Wright et Nick Mason), joueront pour la dernière fois ensemble en tant que Pink Floyd, les relations s'étant davantage détériorés.

Suivant la tournée débute le tournage du film The Wall. Le film sort en juillet 1982.

Suivant le phénomène The Wall, Roger Waters s'attaque au prochain album The Final Cut (La Coupure Final). Rick Wright n'est plus parmi les membres du groupe. À l'origine, l'idée était de créé une suite à The Wall sous le thème "Spare Bricks" (Briques de Remplacement), en utilisant du matériel inutilisés pour The Wall, et en y ajoutant quelques pièces.

Au fur et à mesure que la création de l'album se transformait, le titre fût choisi. Les titres et l'album sont imprégnés des sentiments de Roger Waters sur la mort de son père, à Anzio, lors de la seconde guerre mondiale.

L'album paraît en mars 1983. Hipgnosis, qui n'avait pas créé la pochette de The Wall (Roger Waters et Gerald Scarfe) avait entre temps démentèlé la société. Storm Thorgerson s'attend cependant a créé celle de The Final Cut. Roger Waters les remercient et dessine lui même la pochette.

Autre aspect qui semble de plus en plus dénoter une scission et des désacords au sein du groupe, l'album sort avec la mention suivante ; "a requiem for the post war dream, by roger waters, performed by pink floyd"... (Un Requiem pour les rêves d'après guerre, par Roger Waters, interprété par Pink Floyd)

Aucun concert ou tournée promotionnelle n'aura lieu.

De cette période David Gilmour dira;

"C'était la période la plus effroyable de ma vie. Roger avait viré Rick, Nick n'était plus vraiment présent et maintenant il s'en prennait à moi. Une expérience très désagréable et humiliante."

Le groupe étant dissout en apparence, c'est en 1986 que David Gilmour et Nick Mason décide de faire un album, sans Roger Waters. En David Gilmour sommeillait des capacités de compositeur. Auparavant Roger Waters avait été manifestement le leader dans la conception des albums.

Roger Waters engage alors des poursuites judiciares. Ce dernier désirait que le nom Pink Floyd ne soit pas utilisé par les autres membres du groupe. Il était devenu sarcastique avec les autres, ce qui contribua à accentuer les liens entre David Glmour, Rick Wright et Nick Mason. Le groupe ne sera pas dissout, et malgré tout il annonce sa dissolution. C'est un peu avant Noël 1987 que David Gilmour rencontre Roger Waters sur sa péniche (Studio d'enregistrement) en compagnie du comptable de David Gilmour. Ce dernier ébauche une entente stipulant entre autre que Roger Waters est dégagé et que David Gilmour et Nick Mason peuvent utiliser le nom Pink Floyd. L'entente sera entériné par la cour.

Les 3 compères se mettent alors au travail pour élaborer l'album A Momentary Lapse Of Reason (Une Défaillance Momentanée de la Raison).

Lorsque sortira l'album, Rick Wright n'y apparaît pas. C'est volontairement qu'il a été omis. Lorsqu'il a été évincé du groupe en 1981 par Roger Waters, Rick Wright avait alors signé un accord, et l'une des clauses  stipulait qu'il ne pouvait revenir au sein de Pink Floyd. Ainsi pour éviter des répercussions dans la poursuite de Roger Waters, son nom a été délibérément exclus des crédits.

L'album sort le 7 septembre 1987 et dès le 9, la tournée se met en branle à Ottawa au Canada. Elle comptera pas moins de 61 représentations en 1987 et 96 de janvier à août 1988.  Cette tournée sera consédéré comme un "World tour" amenant Pink FLoyd jusqu'en Russie, entre autre.

Débute par la suite le mixage d'un album Live "Delicate Sound Of Thunder" (Son Délicat du Tonnerre) à Abbey Road. Les enregistrement ont été faits lors des représentations du 19 au 23 août 1988 au Nassau Coliseum de Long Island dans l'état de New-York. L'album sort le 22 novembre 1988.

1989 sera marqué par une autre tournée Européenne sous le thème de "Another Lapse". 39 représentations s'échelonneront de mai à juillet.

Retourner au contenu | Retourner au menu