A Momentary Lapse of reason - Pink Floyd

Aller au contenu

Menu principal

A Momentary Lapse of reason

Discographie > Albums-Crédits

Storm Thorgerson, responsable de la pochette de A Momentary Lapse Of Reason, a trouvé son idée des lits vides "empty beds" dans les paroles de Yet Another Movie.

La photographie a été prise à Saunton Sands, dans le Devon en Angleterre. Plus de 700 lits ont été utilisés!

Paroles et musique     
Enregistrement

Gérant
Producteur
Ingénieur de son
Pochette
Maison de disque

Date de sortie Angleterre
Date de sortie  États-Unis
Meilleur classement

David Gilmour, Bob Ezrin, Anthony Moore, Jon Carin, Phil Manzanera, Pat Leonard,
Astoria , Britannia Row Studios, A & M Studios, Can Am Studios, Village Recorder, Mayfair Studios et Audio International en Juin 1986 & Aout 1987
Steve O'Rourke, EMKA Productions, Londres
David Gilmour, Bob Ezrin
Andrew Jackson
Storm Thorgerson et Nexus
EMI  (Royaume Uni)
Columbia (États-Unis)
7 Septembre 1987
8 Septembre 1987
3e (Royaume Uni)
3e (États-Unis)

SIGNS OF LIFE
SIGNE DE VIE

4.24
Musique: David Gilmour, Bob Ezrin
David Gilmour: Programmation, guitare électrique, clavier
Nick Mason: Effets sonores aditionnels localisés
Bob Ezrin: Programmation, clavier additionnel


Instrumental

“When the child like view of the world went, nothing replaced it… nothing replaced it… nothing replaced it…
I do not like being asked to… I do not like being asked to… I do not like being asked to…
Other people replaced it
Someone who knows”

"Quand la vision enfantine de ce monde est partie, rien ne l'a remplacé… rien ne l'a remplacé… rien ne l'a remplacé…
Je n'aime pas que l'on me demande… Je n'aime pas que l'on me demande… Je n'aime pas que l'on me demande…
D'autres gens l'ont remplacé
Quelqu'un qui sait"

LEARNING TO FLY
APPRENDRE A VOLER

4.53
Paroles et musique: David Gilmour, Anthony Moore, Bob Ezrin, Jon Carin
David Gilmour: Voix principale, guitare, séquence, programmation des batteries
Nick Mason: programmaion additionnelle des percussions, effets sonores
Bob Ezrin:  Programmation des batteries
Jim Keltner: Batterie acoustique simple
Jon Carin: Clavier
Tony Levin: Guitare basse
Darlene Koldenhaven, Carmen Twillie, Phyllis St. James & Donnie Gerard: Voix d'arrière champ

Into the distance, a ribbon of black
Stretched to the point of no turning back
A flight of fancy on a windswept field
Standing alone my senses reeled
A fatal attraction holding me fast, how
Can I escape this irresistible grasp?

Can't keep my eyes from the circling sky
Tongue-tied and twisted just an earth-bound misfit, I

Ice is forming on the tips of my wings
Unheeded warnings, I thought I thought of everything
No navigator to guide my way home
Unladened, empty and turned to stone

A soul in tension that's learning to fly
Condition grounded but determined to try
Can't keep my eyes from the circling skies
Tongue-tied and twisted just an earth-bound misfit, I

Above the planet on a wing and a prayer
My grubby halo, a vapour trail in the empty air
Across the clouds I see my shadow fly
Out of the corner of my watering eye
A dream unthreatened by the morning light
Could blow this soul right through the roof of the night

There's no sensation to compare with this
Suspended animation, a state of bliss
Can't keep my mind from the circling sky
Tongue-tied and twisted just an earth-bound misfit, I

Au loin, un ruban noir
Étiré jusqu'au point de non-retour
Un vol de fantaisie sur un champ balayé par le vent
Seul debout, mes sens chancellent
Une attraction fatale me retient ferme, comment
Puis-je échapper à cette irrésistible poigne?

Incapable de garder mes yeux vers le ciel encerclant
Rendu muet et crispé, juste un inadapté terre à terre, je....

De la glace se forme sur le bout de mes ailes
Avertissements ignorés, je pensais avoir tout prévu

Aucun navigateur pour me reconduire chez-moi
À vide, vide et pétrifié

Une âme sous tension qui apprend à voler
Confinée au sol mais bien décidée à essayer
Incapable de garder mes yeux vers le ciel encerclant
Rendu muet et crispé, juste un inadapté terre à terre, je....

Au-delà de la planète, sur une aile et une prière
Mon halo sale, une traînée de vapeur dans le néant
Au travers des nuages je vois mon ombre planer
Du coin de mon oeil larmoyant
Un rêve sauvé par la lumière matinale
Pourrait souffler cette âme droit au travers la voûte de la nuit

Il n'y a pas de sensation en comparaison de celà
Mouvement suspendu, un état de béatitude
Incapable de garder mes yeux vers le ciel encerclant
Rendu muet et crispé, juste un inadapté terre à terre, je...

THE DOGS OF WAR
LES CHIENS DE GUERRE

6.05
Paroles et musique: David Gilmour, Anthony Moore
David Gilmour: Voix prinipale, guitare, programmation
Bob Ezrin: Clavier, programmation, séquence
Bill Payne: Orgue Hammond
Tom Scott: Saxophone Alto
Scott Page: Saxophone ténor
Carmine Appice, Nick Mason or Jim Keltner: Batterie acoustique
Darlene Koldenhaven, Carmen Twillie, Phyllis St. James, Donnie Gerard: Voix d'arrière champ

Dogs of war and men of hate
With no cause, we don't discriminate
Discovery is to be disowned
Our currency is flesh and bone
Hell opened up and put on sale
Gather ‘round and haggle
For hard cash, we will lie and deceive
Even our masters don't know the webs we weave

One world, it's a battleground
One world, and we will smash it down
One world, one world

Invisible transfers, long distance calls
Hollow laughter in marble halls
Steps have been taken, a silent uproar
Has unleashed the dogs of war
You can't stop what has begun
Signed, sealed, they deliver oblivion
We all have a dark side, to say the least
And dealing in death is the nature of the beast

One world, it's a battleground
One world, and they smash it down
One world, one world

The dogs of war don't negotiate
The dogs of war won't capitulate
They will take and you will give
And you must die so that they may live
You can knock at any door
But wherever you go, you know they've been there before
Well winners can lose and things can get strained
But whatever you change, you know the dogs remain

One world, it's a battleground
One world, are we going to smash it down
One world, one world

Chiens de guerre et hommes de haine
En l'absence de cause, nous ne  discréminons pas
Toute découverte sera désavouée
Notre devise est chair et os
L'enfer s'est ouvert et mis en vente
Rassembler autour et marchander
Pour de l'argent liquide, nous mentirons et tromperons
Même nos maîtres ignorent les toiles que nous tissons


Un seul monde, c'est un champ de bataille
Un seul monde et nous allons le détruire
Un seul monde, un seul monde

Transferts invisibles, appels longue distance
Rire creux dans des salles de marbre
Des mesures ont été prises, un vacarme silencieux
A relâchés les chiens de guerre
Tu ne peux pas arrêter ce qui a commencé
Signé, scellé, ils délivrent l'oublie
Nous avons tous un côté obscur, pour dire le moindre
Et marchander la mort est dans la nature de la bête

Un seul monde, et c'est un champ de bataille
Un seul monde et ils l'anéantissent
Un seul monde, un seul monde

Les chiens de guerre ne négocient pas
Les chiens de guerre ne capituleront pas
Ils prendront et tu donneras
Et tu dois mourir pour qu'ils puissent vivre
Tu pourras frapper à toutes les portes
Mais partout où tu iras, tu sais qu'ils étaient là avant

Eh bien les gagnants peuvent perdre et les choses devenir tendues
Mais quoi que tu changes, tu sais que les chiens reviennent

Un seul monde, et c'est un champ de bataille
Un seul monde, allons-nous le détruire
Un seul monde, un seul monde

ONE SLIP
UN FAUX PAS

5.10
Paroles et musique: David Gilmour, Phil Manzarena
David Gilmour: Voix principale, guitare, programmation
Bob Ezrin: Programmation additionnelle des batteries, clavier
Tony Levin: Guitare basse, Chapman stick
Carmine Appice, Nick Mason or Jim Keltner: Batterie acoustique
Darlene Koldenhaven, Carmen Twillie, Phyllis St. James, Donnie Gerard: Voix d'arrière champ

A restless eye across a weary room
A glazed look and I was on the road to ruin
The music played and played as we whirled without end
No hint, no word her honour to defend


I will, I will she sighed to my request
And then she tossed her mane while my resolve was put to the test
Then drowned in desire, our souls on fire
I led the way to the funeral pyre
And without a thought of the consequence
I gave in to my decadence

One slip, and down the hole we fall
It seems to take no time at all
A momentary lapse of reason
That binds a life for life
A small regret, you won't forget
There'll be no sleep in here tonight

Was it love, or was it the idea of being in love?
Or was it the hand of fate, that seemed to fit just like a glove?
The moment slipped by and soon the seeds were sown
The year grew late and neither one wanted to remain alone

One slip, and down the hole we fall
It seems to take no time at all
A momentary lapse of reason
That binds a life to a life
The one regret, you will never forget
There'll be no sleep in here tonight
One slip, one slip

Un regard inquiet traversant une chambre lugubre
Un regard glacial et j'étais en perdition
La musique jouait et jouait quand nous tourbilonnions sans fin
Aucune allusion, aucun mot pour défendre son honneur

J'y vais, j'y vais soupira-t-elle à ma requête
Et puis elle projeta sa crinière pendant que ma détermination était mise à l'épreuve
Puis innondés de désirs, nos âmes enflammées
J'ouvris la voie au bûcher funéraire
Et sans penser aux conséquences
Je m'en suis remis à ma déchéance

Un faux pas, et au bas du trou nous tombons
Celà ne prend qu'un rien de temps
Une défaillance momentanée de la raison
Qui marque une vie à jamais
Un léger regret que tu n'oublieras pas
Il n'y aura pas de sommeil ici ce soir

Était-ce l'amour ou était-ce l'idée d'être amoureux?
Où était-ce la main du destin qui semblait m'aller comme un gant?
Le moment passa et tôt les graines furent semées

L'année touchait à sa fin et personne voulait rester seul

Un faux pas, et au bas du trou nous tombons
Celà ne prend qu'un rien de temps
Une défaillance momentanée de la raison
Qui marque une vie à jamais
Un léger regret que tu n'oublieras pas
Il n'y aura pas de sommeil ici ce soir
Un faux pas, un faux pas

ON THE TURNING AWAY
VERS UNE ERE NOUVELLE

5.42
Paroles et musique: David Gilmour, Anthony Moore
David Gilmour: Voix principale, guitare acoustique, guitare électrique
Rick Wright: Orgue Hammond, voix
Bob Ezrin: Clavier, programmation
Tony Levin: Guitare basse
Steve Forman: Percussions
Carmine Appice, Nick Mason or Jim Keltner: Batterie acoustique
Darlene Koldenhaven, Carmen Twillie, Phyllis St. James, Donnie Gerard: Voix d'arrière champ

On the turning away
From the pale and downtrodden
And the words they say
Which we won't understand
“Don't accept that what's happening
Is just a case of others’ suffering
Or you'll find that you're joining in
The turning away”

It's a sin that somehow
Light is changing to shadow
And casting it's shroud
Over all we have known
Unaware how the ranks have grown
Driven on by a heart of stone
We could find that we're all alone

In the dream of the proud
On the wings of the night
As the daytime is stirring
Where the speechless unite
In a silent accord
Using words you will find are strange
Mesmerized as they light the flame
Feel the new wind of change
On the wings of the night

No more turning away
From the weak and the weary
No more turning away
From the coldness inside
Just a world that we all must share
It's not enough just to stand and stare
Is it only a dream that there'll be
No more turning away

Vers une ère nouvelle
Celle des blafards et des piétinés
Et les mots qu'ils prononcent
Que nous ne comprenons pas
"N'accepte pas que ce qui se passe
Est juste un cas de la souffrance d'autrui
Ou tu te rendras compte que tu te joins à
Une ère nouvelle"

C'est un péché qui en quelque sorte
La lumière est changée en ombre
Et répande son voile
Sur tout ce que nous avons connus
Ignorant comment les rangs se sont développés
Poussé par un cœur de pierre
Nous pourrions s'apercevoir que nous sommes tous seuls

Dans nos rêves de fierté
Sur les ailes de la nuit
Quand pointe le jour
Lorsque les muets s'unissent
Dans un consentement silencieux
Utilisant des mots que tu trouveras étranges
Hypnotisés lorsqu'ils allument la flamme
Sentir le vent du renouveau
Sur les ailes de la nuit

Plus jamais d'ignorance
Des faibles et des fatigués
Plus jamais d'ignorance
De la froideur intérieure
Juste un monde que nous devons tous partager
Il ne suffit pas juste de rester là et contempler
Est-ce seulement un rêve qu'il n'y aura
Plus jamais d'ignorance?

YET ANOTHER MOVIE
ENCORE UN AUTRE FILM

6.18
Paroles et musique: David Gilmour, Pat Leonard
David Gilmour: Voix, guitare, programmation clavier
Nick Mason: Batterie, efets sonores
Jim Keltner: Batteire
Steve Forman: Percussions
Bob Ezrin: Programmation additionelle
Pat Leonard: Synthétiseur
Tony Levin: Guitare basse, Chapman stick
Bill Payne: Orgue Hammond
Darlene Koldenhaven, Carmen Twillie, Phyllis St. James, Donnie Gerard: Voix d'arrière champ

One sound, one single sound
One kiss, one single kiss
A face outside the window pane
However did it come to this?

A man who ran, a child who cried
A girl who heard, a voice that lied
The sun that burned a fiery red
The vision of an empty bed

The use of force, he was so tough
She'll soon submit, she's had enough
The march of fate, the broken will
Someone is lying very still

He has laughed and he has cried
He has fought and he has died
He's just the same as all the rest
He's not the worst, he's not the best

And still this ceaseless murmuring
The babbling that I brook
The seas of faces, eyes upraised
The empty screen, the vacant look

A man in black on a snow white horse
A pointless life has run its course
The red rimmed eyes, the tears still run
As he fades into the setting sun

Un son, un seul son
Un baiser, un simple baiser
Un visage sorti de la fenêtre à carreau
Cependant en est-on arrivé là?

Un homme qui fuyait, un enfant qui pleurait
Une fille qui écoutait, une voix qui mentait
Le soleil qui brûlait d'un rouge vif
La vue d'un lit désert

L'usage de la force, il était si dur
Elle cédera bientôt, elle en a assez
La marche du destin, l'espoir déchu
Quelqu'un est allongé, très calme

Il a ri et il a crié
Il s'est battu et il est mort
Il est tout de même comme tout les autres
Il est ni le pire, il est ni le meilleur

Et toujours ce murmure incessant
Le bavardage que j'ai enduré
Cet océan de visages, les yeux écarquillés
L'écran vide, le regard absent

Un homme en noir sur un cheval blanc comme neige
Une vie inutile à fait son temps
Le bord des yeux rougis, les larmes coulent encore
Au fur et à mesure qu'il disparaît dans le soleil couchant

ROUND AND AROUND
TOURNER EN ROND

1.10
Musique: David Gilmour
David Gilmour: Voix, guitare, programmation clavier
Nick Mason:  Batterie, efets sonores
Jim Keltner: Batterie
Steve Forman: Percussions
Bob Ezrin: Programmation additionelle
Pat Leonard: Synthétiseur
Tony Levin: Guitare basse, Chapman stick
Bill Payne: Orgue Hammond
Darlene Koldenhaven, Carmen Twillie, Phyllis St. James, Donnie Gerard: Voix d'arrière champ


Instrumentale

A NEW MACHINE PART 1
UNE NOUVELLE MACHINE PARTIE 1

1.46
Paroles et musique: David Gilmour
David Gilmour: Voix principale, voix sur vocodeur, programmation clavier
Bob Ezrin: Programmation additionelle, clavier, traitement

I have always been here
I have always looked out from behind these eyes
It feels like more than a lifetime
Feels like more than a lifetime

Sometimes I get tired of the waiting
Sometimes I get tired of being in here
Is this the way it has always been?
Could it ever have been different?

Do you ever get tired of the waiting
Do you ever get tired of being in there
Don’t worry, nobody lives forever
Nobody lives forever

J’ai toujours été là
J’ai toujours observé derrière ces yeux
On dirait que ça fait plus qu'une vie entière
Plus longtemps qu’une vie entière

Parfois je suis fatigué d’attendre
Parfois je suis fatigué d’être ici
Est-ce la façon dont il a toujours été?
Aurait-il pu en être différent?

Es-tu jamais fatigué d’attendre?
Es-tu jamais fatigué d’être ici?
T’inquiète pas, personne ne vit éternellement
Personne ne vit éternellement

TERMINAL FROST
FROID TERMINAL

6.17
Musique: David Gilmour
David Gilmour: Guitare, programmation clavier
Rick Wright: Orgue Hammond, piano
Nick Mason: Effets sonores
Bob Ezrin: Programmation batteries
Tony Levin: Guitare basse
Bill Payne: Orgue Hammond
Tom Scott: Saxophone soprano
John Halliwell: Saxophone
Michael Landau: Guitare espagnole
Darlene Koldenhaven, Carmen Twillie, Phyllis St. James, Donnie Gerard: Choeur vocal


Instrumentale

A NEW MACHINE PART 2
UNE NOUVELLE MACHINE PARTIE 2

0.38
Paroles et musique: David Gilmour
David Gilmour: Voix principale, voix sur vocodeur, programmation clavier
Bob Ezrin: Programmation additionnelle clavier, traitement

I will always be here
I will always look out from behind these eyes
It’s only a lifetime
It’s only a lifetime
It’s only a lifetime

Je serai toujours là
J’observerai toujours derrière ces yeux
C’est seulement le temps d’une vie
C’est seulement le temps d’une vie
C’est seulement le temps d’une vie

SORROW
CHAGRIN

8.46
Paroles et musique: David Gilmour
David Gilmour: Voix principale, guitare, programmation clavier
Rick Wright: Piano Kurzweil, voix
Nick Mason: Essaie de percussions
Carmine Appice, Nick Mason ou Jim Keltner: batterie acoustique
Bob Ezrin: programmation batterie, texture de clavier additionnelle
Tony Levin: Guitare basse, Chapman stick
Darlene Koldenhaven, Carmen Twillie, Phyllis St. James, Donnie Gerard: Voix d'arrière champ

The sweet smell of a great sorrow lies over the land
Plumes of smoke rise and merge into the leaden sky
A man lies and dreams of green fields and rivers
But awakes to a morning with no reason for waking

He's haunted by the memory of a lost paradise
In his youth or a dream, he can't be precise

He's chained forever to a world that ‘s departed
It's not enough, it's not enough

His blood has frozen and curdled with fright
His knees have trembled & given way in the night
His hand has weakened at the moment of truth
His step has faltered

One world, one soul
Time pass, the river roll

And he talks to the river of lost love and dedication
And silent replies that swirl invitation
Flow dark and troubled to an oily sea
A grim intimation of what is to be

There's an unceasing wind that blows through this night
And there's dust in my eyes, that blinds my sight
And silence that speaks so much louder than words
Of promises broken

Le doux parfum d'un grand chagrin traverse la terre
Des panaches de fumée s'élèvent et se fondent dans un ciel de plomb
Un homme est allongé et rêve de champs verdoyants et de rivières
Mais se réveille au matin sans raison de se lever


Il est hanté par la mémoire d'un paradis perdu
Dans sa jeunesse ou dans un rêve, il ne peut être plus précis
Il est enchaîné pour toujours à un monde disparu
Ça ne suffit pas, ça ne suffit pas

Son sang s'est glacé et s'est figé avec frayeur
Ses genoux ont tremblé et ont cédé pendant la nuit
Sa main s'est affaiblie au moment de vérité
Sa démarche est chancelante

Un monde, une âme
Temps passé, la rivière coule

Et il parle à la rivière, de l'amour et du dévouement perdus
Et le silence répond cette invitation turbulante
Coulant, sombre et trouble vers une mer huileuse
Une sinistre annonce de ce qui doit être

Il y a un vent incessant qui souffle à travers la nuit

Et la poussière dans mes yeux, qui m'aveugle
Et ce silence qui parle tellement plus fort que les mots
De promesses non tenues

Retourner au contenu | Retourner au menu