A Saucerful Of Secrets - Pink Floyd

Aller au contenu

Menu principal

A Saucerful Of Secrets

Discographie > Albums-Crédits

Enregistrement
Producteur
Pochette
Maison de disque

Date de sortie Angleterre
Date de sortie  États-Unis
Meilleur classement

Studios EMI, Abbey Road, Londres de Janvier à Avril 1968
Norman Smith
Hypgnosis
Columbia (EMI) (Royaume Uni)
Tower Records (États-Unis)
29 Juin 1968
27 Juillet 1968
9e pendant une semaine

REMEMBER A DAY
SOUVIENS-TOI D'UN JOUR

4'33
Paroles & musique: Rick Wright
Syd Barrett: Guitare
David Gilmour: Guitare, voix d'arrière champ
Roger Waters: Guitare basse
Rick Wright: Voix principale, piano
Norman Smith: Batterie
Enregistré le 9 Mai 1967 à Abbey Road, Studio n°3, Londres.


La chanson a été enregistrée durant les sessions d'enregistrement du premier album du groupe, The Piper At The Gates of Dawn (1967). Son titre original était Sunshine (Lumière). Ne sachant quoi faire sur cette chanson, Nick Masson cède sa place au producteur Norman Smith. Syd Barrett apparaît aussi sur cette chanson, jouant de la guitare acoustique, mais c’est David Gilmour qui joue la guitare solo. Elle est une des très rares chansons de Pink Floyd avec Syd Barrett et David Gilmour jouant ensemble.

C’est le dernier album auquel participe Syd Barrett. Sur cet album, Barrett joue sur les chansons Jugband Blues, Remember a Day et Set the Controls for the Heart of the Sun. Il a peut-être participé à See-Saw et Corporal Clegg.

Il s'agit de l'album de transition de ce que deviendra par la suite Pink FLoyd. On assiste à la dernière présence de Syd Barrett, combiné à la venue de David Gilmour.  On assiste également au prémisse de ce que sera le style, l'empreinte musical du groupe pour les années a venir, et à l'implication davantage marqué de Roger Waters et Rick Wright.

La pochette de l'album est la première collaboration entre le groupe et Storm Thorgerson et son agence de graphisme Hipgnosis. Celle-ci représente 13 images superposées, incluant des photos des membres du groupe ensemble, en infra-rouges, presque invisibles. Il s'agit également de l'avant dernière pochette sur laquelle apparaît les membres du groupe.

CE QU'ILS ONT DIT;
   Je me rappelle que Nick et Roger ont dessiné A Saucerful of Secrets comme un diagramme architectural, avec une structure dynamique, comme n'importe quelle sorte de forme musicale, avec des crêtes et des creux. Voila de quoi il s'agissait. Ce n'était pas de la musique qui venait de la beauté ou de l'émotion. Il n'y a jamais eu de scénario. Cependant, les années qui suivirent, nous avons recu des lettres de gens disant ce que cela signifiait pour eux. Des scripts de film aussi parfois.
   – David Gilmour, Mojo Magazine, mai 1994

   J'ai écrit le morceau qui donne son nom à l'album et je me rappelle de Norman disant : "Vous ne pouvez pas faire ça, c'est trop long. Vous devez écrire des chansons de 3 minutes". On était assez insolents, en fait, et et on lui a dit : "Si tu veux produire ce disque, va-t'en". Une bonne attitude, je pense.
   – Richard Wright, Mojo Magazine, mai 1994

   C'était vraiment très stressant d'attendre que Syd v
ienne avec les chansons pour le deuxième album. Tout le monde l'attendait, et il n'a pas pu le faire. Jugband Blues est une chanson très triste, le témoignage d'une dépression nerveuse. La dernière chanson que Syd écrivit pour le groupe, Vegetable Man, était faite pour ces sessions mais ça n'a jamais abouti. Il l'a écrite dans ma maison ; c'est juste une description de ce qu'il porte. C'est très troublant. Roger l'a écartée de l'album car elle était trop sombre, et c'est vrai qu'elle l'est. Ca ressemble à des éclairs de conscience.
   – Peter Jenner, Mojo Magazine, mai 1994

Remember a day before today
A day when you were young
Free to play along with time
Evening never comes

Sing a song that can't be sung
Without the morning's kiss
Dream you shall be if you wish
Look for your king

Why can't we play today?
Why can't we stay that way?

Climb your favourite apple tree
Try to catch the sun
Hide from your little brother's gun
Dream yourself away

Why can't we reach the sun?
Why can't we blow the years away?
Blow away
Blow away
Remember
Remember

Souviens-toi d'un jour passé
Un jour où tu étais jeune
Libre de jouer avec le temps
Le soir ne vennant jamais

Chante une chanson qui ne peut pas être chantée
Sans un baiser du matin
Rêve que tu es ce que tu désires
Cherche ton roi

Pourquoi ne pouvons-nous pas jouer aujourd'hui ?
Pourquoi ne pouvons-nous pas rester comme ça ?

Grimpe à ton pommier préféré
Essaie d'attraper le soleil
Se cacher du fusil de ton petit frère
Rêve que tu t'en vas très loin

Pourquoi ne pouvons-nous pas atteindre le soleil ?
Pourquoi ne pouvons-nous pas envoyer balader le temps?
Coup de vent
Coup de vent
Souviens-toi
Souviens-toi

LET THERE BE MORE LIGHT
QUE LA LUMIERE SOIT

5'38
Paroles & musique: Roger Waters
David Gilmour: Voix principale (versets 2, 4, 6 et 8), guitare
Roger Waters: Guitare basse, voix d'arrière champ (verses 1, 3, 5 et 7)
Rick Wright: Voix principale (versets 1, 3, 5 et 7), orgue Farfisa, piano
Nick Mason: Batterie
Enregistré en Mars 1968 à Abbey Road, Studio n°3, Londres.

Entièrement composée par Roger Waters, cette chanson débute avec un solo de basse. Dans la partie chantée, la première voix qu'on entend est celle de Rick Wright, suivie du refrain par David Gilmour. On entend dans les deux dernières minutes plusieurs effets sonores de David Gilmour à la guitare.
Le titre de la chanson semble être une parodie de la phrase biblique qui apparaît dans la Génès
e.

Far far far far away way
People heard him say say
I will find a way way
There will come a day day
Something will be done
Then at last the mighty ship descending on a point of flame
Made contact with the human race at Mildenhall

Now now now is the time time time
To be be be aware
Carter's father saw it there
And knew the Rhull revealed to him
The living soul of Hereward the Wake

Oh my, something in my eye eye
Something in the sky sky
Waiting there for me
The outer lock rolled slowly back
The servicemen were heard to sigh
For there revealed in flowing robes was Lucy in the sky

Oh oh did you ever know?
No never ever will they
I'll say!
Summoning his cosmic powers
And glowing slightly from his toes
His psychic emanations flowed

Loin, loin, loin, très loin, loin
Les gens l'ont entendu dire, dire
Je trouverai une voie, voie
Un jour viendra, un jour
Où quelque chose se passera
Alors enfin le puissant vaisseau descendant sur un point
de feu
Faire contact avec la race humaine a Mildenhall

Maintenant, maintenant,c'est le temps, temps
D'être, d'être, d'être conscient
Le père de Carter l'a vu, là
Et a pris conscience que le Rhull lui était révélé
L'âme vivante de Hereward the Wake

Oh mon dieu, quelque chose dans mon oeil, oeil
Quelque chose dans le ciel, ciel
Attend là pour moi
Le verrou extérieur s'est lentement ouvert
Les hommes de service ont été entendu à soupirer
Pour là, révélée dans une robe flottante qu'était Lucie
dans le ciel

Oh, oh, n'as-tu jamais su?
Non jamais, jamais
Je dirai!
Invoquant ses pouvoirs cosmiques
Et brillant légèrement de ses pieds
Ses émanations psychiques se libérerent

SET THE CONTROLS FOR THE HEART OF THE SUN
METS LES CONTROLES VERS LE COEUR DU SOLEIL

5'27
Paroles & musique: Roger Waters
Syd Barrett: Guitare principale
David Gilmour: Guitare principale, guitare rythmique, voix d'arrière champ
Roger Waters: Voix principale, guitare basse
Rick Wright: Orgue Farfisa, piano
Nick Mason: Batterie
Enregistré en Janvier 1968 à Abbey Road, Studio n°3, Londres.

Elle est écrite par Roger Waters, à partir d'un recueil de poésies chinois de la dynastie Tang.
Le groupe l'interpréta en concert dès 1967, et jusqu'en 1973. Elle figure dans le disque live du double album Ummagumma, ainsi que dans le film Pink Floyd: Live at Pompeii. Roger Waters la reprendra plus tard lors de ses tournées en solo, dans une version totalement revue sur le plan des arrangements, guitare et saxophone notamment.

Little by little the night turns around
Counting the leaves which tremble at dawn
Lotuses lean on each other in yearning
Under the eaves the swallow is resting

Set the controls for the heart of the sun
Over the mountain watching the watcher
Breaking the darkness waking the grapevine
One inch of love is one inch of shadow
Love is the shadow that ripens the wine

Set the controls for the heart of the sun
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...

Witness the man who raves at the wall
Making the shape of his question to heaven
Whether the sun will fall in the evening
Will he remember the lesson of giving?

Set the controls for the heart of the sun
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...
The heart of the sun ...

Peu à peu la nuit tombe
Comptant les feuilles qui tremblent à l'aube
Les lotus s'inclinent l'un vers l'autre avec tendresse
Sous l'avancée du toit l'hirondelle se repose

Mets les contrôles vers le cœur du soleil
Au-dessus de la montagne observant le guetteur
Brisant l'obscurité réveillant la vigne
Une pincée d'amour est une pincée d'obscurité
L'amour est l'obscurité qui fait mûrir le vin

Mets le cap vers le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil

Sois témoin de l'homme qui délire contre le mur
Formulant sa question au ciel
Si le soleil tombera ce soir
Se rappellera-t-il la leçon de générosité?

Mets le cap vers le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil
Le cœur du soleil

CORPORAL CLEGG
CAPORAL CLEGG

4'12
Paroles & musique: Roger Waters
Syd Barrett: Guitare principale
David Gilmour: Voix principale, guitare rythmique, gazoo
Roger Waters: lVoix principale, guitare basse
Rick Wright: Orgue Farfisa, piano, voix d'arrière champ
Nick Mason: Batterie, texte
Enregistré en Février 1968 à Abbey Road, Studio n°3, Londres.


Elle a été écrite par Roger Waters et marque l'apparition de David Gilmour à la guitare et au chant, ainsi qu'au gazoo. Curieusement, l'inventeur du gazoo s'appelait Thaddeus Von Clegg, qui porte le même nom que le caporal de la chanson.
Cette chanson voit également chanter Nick Mason (les couplets He won it in the war, In orange red and blue, He's never been the same et From her majesty the queen) ; cette performance a été confirmée dans une émission de radio, Rockline, en 1992. Cette chanson est la seule sur laquelle le batteur du groupe chante, avec One of These Days, dans laquelle il ne récite qu'une seule phrase, et Scream Thy Last Scream, une composition inédite de Syd Barrett.
Corporal Clegg est la première composition de Roger Waters à évoquer la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle mourût son père : elle évoque l'oubli dans lequel est tombé le caporal Clegg, qui perdit sa jambe au combat sans pour autant être récompensé, et l'alcoolisme apparent de son épouse.

Corporal Clegg had a wooden leg
He won it in the war
In nineteen forty four

Corporal Clegg had a medal too
In orange, red and blue
He found it in the zoo

Dear oh dear, oh are they really sad for me?
Dear oh dear, oh will they really laugh at me?

Missus Clegg, you must be proud of him
Missus Clegg, another drop of gin?

Corporal Clegg, umbrella in the rain
He's never been the same
No one is to blame

Corporal Clegg received his medal in a dream
From her Majesty the Queen
His boots were very clean

Missus Clegg, you must be proud of him
Missus Clegg, another drop of gin?

Corporal Clegg...
Corporal Clegg...
Corporal Clegg...
Corporal Clegg...
Corporal Clegg...
Corporal Clegg...
Corporal Clegg...
Corporal Clegg...
Corporal Clegg...
Corporal Clegg...
Corporal Clegg...
Corporal Clegg...
Corporal Clegg...
Corporal Clegg...

Caporal Clegg avait une jambe de bois
Il l'a gagnée à la guerre
En mille neuf cent quarante quatre

Caporal Clegg a eu une médaille aussi
Orange, rouge et bleue
Il l'a trouvée au zoo

Chérie oh chérie, oh sont-ils vraiment tristes pour moi?
Chérie oh chérie, oh rient-ils vraiment de moi ?

Madame Clegg, tu dois être fière de lui
Madame Clegg, une autre goutte de gin ?

Caporal Clegg, parapluie sous la pluie
Il n'a jamais été le même
Personne n'est à blâmer

Le Caporal Clegg a reçu sa médaille dans un rêve
De sa majesté la Reine
Ses bottes étaient impeccables

Madame Clegg, tu dois être fière de lui
Madame Clegg, une autre goutte de gin ?

Caporal Clegg
Caporal Clegg
Caporal Clegg
Caporal Clegg
Caporal Clegg
Caporal Clegg
Caporal Clegg
Caporal Clegg
Caporal Clegg
Caporal Clegg
Caporal Clegg
Caporal Clegg
Caporal Clegg
Caporal Clegg

A SAUCERFUL OF SECRETS
UNE SOUCOUPE PLEINE DE SECRETS

11'59
    a. Something Else  00'00
    b. Syncopated Pandemonium  03'56
    c. Storm Signals  07'08
    d. Celestial Voices  10'14
Musique: Roger Waters, Rick Wright, Nick Mason, David Gilmour
David Gilmour: Voix, guitare
Roger Waters: Guiatre basse
Rick Wright: Orgue Farfisa, piano, orgue Hammond
Nick Mason: Batterie, percussions
Enregistré en Avril 1968 à Abbey Road, Studio n°3, Londres, Angleterre.


La chanson portait initialement le nom de Massed Gadgets of Hercules (Multitude de Gadgets d'Hercule).
Avant-gardiste, la chanson inclut une importante section de percussions et est construite en quatre parties :
1. Something Else ("Quelque Chose d'Autre") :
2. Syncopated Pandemonium ("Syncope dans le Chahut") :
3. Storm Signal ("Alarme de Tempête") : .
4. Celestial Voices ("Voix Célestes") : Cette partie a été reprise seule lors de plusieurs concerts où elle clôturait une suite nommée The Man / The Journey. Une version d'une longueur exceptionnelle (9 reprises du thème) en a été exécutée au Royal Festival Hall en 1969 avec grand orgue, cuivres et choeurs ; une autre dans un concert au Concertgebauw d'Amsterdam en 1969 également. Celestial Voices recevait alors le nom de The End of the Beginning (La Fin du Début).
Il existe trois différentes versions officielles de cette chanson : une première version sur l'album A Saucerful of Secrets, une version en concert dans le premier disque du double album Ummagumma, et une version dans le film Pink Floyd: Live at Pompeii.

a. Something Else                       
b. Syncopated Pandemonium   
c. Storm Signals                           
d. Celestial Voice

a. Quelque chose d'autre
b. Pandémonium syncopé
c. Signe de tempête
d. Voix célestes    

Instrumentale

SEE SAW
BALANCOIRE

4'36
Paroles & musique: Rick Wright
David Gilmour: Guitare, voix d'arrière champ
Roger Waters: Guitare basse
Rick Wright: Voix principale, orgue Farfisa, piano
Nick Mason: Batterie
Enregistré en Avril 1968 à Abbey Road, Studio n°3, Londres.

Marigolds are very much in love
But he doesn't mind
Picking up sister
He makes his way in to the see-saw land
All the way she smiles
She goes up while he goes down
Down

Sits on a stick in the river
Laughter in his sleep
Sister's throwing stones, hoping for a hit
He doesn't know, so then
She goes up while he goes down
Down

Another time, another day
A brother's way to leave
Another time, another day

She'll be selling plastic flowers on a Sunday afternoon
Picking up weeds
Picking up weeds she hasn't got time to care

She grows up for another man
And he's down

Another time, another day
A brother's way to leave
Another time, another day

Another time, another day
A brother's way to leave

Les soucis sont très nombreux en amour
Mais ça lui est égal
Il va chercher sa sœur
Il fait son chemin dans un parc de balançoire
Tout du long elle sourit
Elle monte pendant qu'il descend
Descend

Assis sur un bâton dans la rivière
Il rit dans son sommeil
Sa sœur lui jette des pierres, espérant le toucher
Il ne s'en aperçoit pas, puis
Elle monte pendant qu'il descend
Descend

Une autre fois, un autre jour
Quitter le chemin du frère
Une autre fois, un autre jour

Elle vendra des fleurs en plastique le dimanche après-midi
Arrachant les mauvaises herbes
Arrachant les mauvaises herbes qu'elle n'a pas le temps de s'occuper
Elle grandit pour un autre homme
Et il a le moral au plus bas

Une autre fois, un autre jour
Quitter le chemin du frère
Une autre fois, un autre jour

Une autre fois, un autre jour
Quitter le chemin du frère

JUGBAND BLUES
LE BLUES DE LA FANFARE

3'00
Paroles & musique: Syd Barrett
Syd Barrett: Voix principalel, guitare acoustiqque, guitare électrique
Roger Waters: Contrebasse, voi d'arrière champ
Rick Wright: Horgue ammond,
Nick Mason: Batterie, Gazoo
Salvation Army Band of North London - 7 membres de l'Armée du salut: Section des cuivres
   * Ray Bowes – Cornet à pistons
   * Terry Camsey – Cornet à pistons
   * Mac Carter – Trombone     
   * Les Condon – Tuba
   * Maurice Cooper – Euphonium
   * Ian Hankey – Trombone
   * George Whittingham – Tuba
Enregistré en Octobre 1967 aux Studios De Lane Lea, Londres.


Elle apparaît également sur Echoes: The Best of Pink Floyd. Elle est composée par Syd Barrett.
Avec cette chanson, il signe une sorte de testament où il fait référence à son éviction du groupe. L'enregistrement de cette chanson est surréaliste, comme c'est souvent le cas avec Syd : il fait venir à l'improviste plusieurs musiciens de l'Armée du Salut qui se produisaient dans la rue et leur demande de jouer selon leur envie durant l'enregistrement. Deux versions seront enregistrées, l'une improvisée selon la volonté de Syd (version qui apparaît sur l'album) et l'autre, plus en accord avec le reste de la chanson, à la demande de Norman Smith.

It's awfully considerate of you to think of me here
And I'm most obliged to you for making it clear that I'm not here
And I never knew the moon could be so big

And I never knew the moon could be so blue
And I'm grateful that you threw away my old shoes

And brought me here instead dressed in red
And I'm wondering who could be writing this song

I don't care if the sun don't shine
And I don't care if nothing is mine
And I don't care if I'm nervous with you
I'll do my loving in the Winter.

And the sea isn't green
And I love the queen
And what exactly is a dream?
And what exactly is a joke?

C'est vraiment gentil de ta part de penser que je suis là
Et  je suis plus qu'obligé de te faire savoir pour que tout soit clair que je ne suis pas là
Et je n'avais jamais imaginé que la lune puisse être si grosse
Et je n'avais jamais imaginé que la lune puisse être si bleu
Et je te suis reconnaissant d'avoir jeté mes vieilles chaussures
Et de m'avoir amené ici plutôt vêtu de rouge
Et je me demande qui peu bien écrire cette chanson

Je ne m'inquiète pas si le soleil ne brille pas
Et je ne m'inquiète pas si rien est à moi
Et je ne m'inquiète pas si je suis nerveux avec toi
Je serai amoureux quand viendra l'hiver

Et la mer n'est pas verte
Et j'aime la Reine
Et qu'est-ce exactement qu'un rêve?
Et qu'est-ce exactement qu'une blague?

Retourner au contenu | Retourner au menu