Animals - Pink Floyd

Aller au contenu

Menu principal

Animals

Discographie > Albums-Crédits

Enregistrement
Producteur
Ingénieur de son
Pochette
Maison de disque

Date de sortie en Angleterre
Date de sortie aux États-Unis
Meilleur classement

Britannia Row (Royaume-Uni) d'avril à novembre 1976
Pink Floyd
Brian Humphries
Hypgnosis
Harvest (Royaume Uni)
Columbia (États-Unis)
23 Janvier 1977
10 Février 1977
2e (Royaume Uni)
3e (États-Unis)

PIGS ON THE WING Part 1
COCHONS VOLANTS 1iere partie

1.25
Paroles et musique: Roger Waters
Roger Waters: Voix principale, guitare acoustique Ovation
Enregistré aux studios Britannia Row en Novembre 1976, Islington, Angleterre

If you didn't care what happened to me
And I didn't care for you
We would zig zag our way through the boredom and pain
Occasionally glancing up through the rain
Wondering which of the buggers to blame
And watching for pigs on the wing

Si tu ne faisais pas attention à ce qui m'arrive
Et si je ne me souciais pas de toi
Nous zigzaguerions entre l'ennui et la souffrance

S'observant occasionnellement sous la pluie
A se demander à qui la faute
Tout en regardant les cochons volants.

DOGS
CHIENS

17.04
Paroles: Roger Waters
Musique: Roger Waters, David Gilmour
Roger Waters: Voix principale (versets 5 à 7), guitare basse, vocodeur
David Gilmour: Voix principale double-tracked (verses 1 à 4), guitare acoustique Ovation, guitare électrique
Rick Wright: Orgue Hammond, piano Fender Rhodes, piano Yamaha, Synthétiseur ARP String Machine, voix d'arrière champ
Nick Mason: Batterie, percussions
Enregistré aux studios Britannia Row de Mars à Décembre 1976, Islington, Angleterre

You gotta be crazy, you gotta have a real need
You gotta sleep on your toes, and when you're on the street
You gotta be able to pick out the easy meat
With your eyes closed
And then moving in silently, down wind and out of sight
You gotta strike when the moment is right
Without thinking

And after a while, you can work on points for- style
Like the club tie, and the firm handshake
A certain look in the eye and an easy smile
You have to be trusted by the people that you lie to

So that when they turn their backs on you
You'll get the chance to put the knife in

You gotta keep one eye looking over your shoulder
You know it's going to get harder and harder and
Harder as you get older
And in the end you'll pack up and fly down south
Hide your head in the sand
Just another old man
All alone and dying of cancer

And when you lose control
You'll reap the harvest you have sown
And as the fear grows,
The bad blood slows and turns to stone
And it's too late to lose the weight
You used to need to throw around
So have a good drown, as you go down, alone
Dragged down by the stone

I gotta admit that I'm a little bit confused
Sometimes it seems to me as if I'm just being used
Gotta stay awake, gotta try and shake off this creeping malaise
If I don't stand my own ground
How can I find my own way
out of this maze ?

Deaf dumb and blind, you just keep on pretending
That everyone's expendable and no one has a real friend

And it seems to you the thing to do
Would be to isolate the winner
And everything's done under the sun
And you believe at heart, everyone's a killer


Who was born in a house full of pain
Who was trained not to spit in the fan
Who was told what to do by the man
Who was broken by trained personnel
Who was fitted with collar and chain
Who was given a pat on the back
Who was breaking away from the pack
Who was only a stranger at home
Who was ground down in the end
Who was found dead by the phone
Who was dragged down by the stone

Tu es peut être fou, tu dois avoir un vrai besoin.
Faut que tu dormes debout, et quand tu es dans la rue,
Repères les proies faciles
Avec tes yeux fermés.
Et quand tu t'approches sans bruit, le vent dans le dos et hors de vue.
Tu frappes quand le moment est propice.
Sans réfléchir.

Et après, tu peux travailler ton style.
Aie la cravate du club et la poigne bien ferme,
Le regard franc et le sourire facile.
Tu dois gagner la confiance des gens à qui tu ments,
Ainsi, dès qu'ils te tourneront le dos,
Tu pourras les poignarder.

Assure toujours tes arrières.
Tu sais que ça va se corser
Se corser avec le temps.
Et à la fin tu te caseras dans le sud,
Te cacher la tête dans le sable.
Juste un autre vieillard,
Seul et crevant du cancer.

Et quand tu perdras les pédales,
Tu récolteras ce que tu as semé.
Puis la peur grandira,
Et le mauvais sang tounera en pierre.
Alors il sera trop tard pour perdre du poid.
Toi qui en avais pourtant le besoin.
Fais bon voyage, seul,
Pendant ta descente aux enfers.

Je dois admettre que je suis quelque peu confus.
J'ai parfois l'impression de n'être qu'un pantin.
Faut rester éveillé, essayer d'expulser ce malaise qui me ronge.
Si je ne tiens plus sur mes jambes,
Comment trouver mon propre chemin
pour sortir de ce labyrinthe ?

Sourd muet et aveugle, tu prétends encore
Que personne n'est indispensable et que nul n'a de véritable ami.

Et il te semble que la meilleure chose à faire
Serait d'isoler le vainqueur.
Et y'a rien de neuf sous le soleil.
Et tu es persuadé qu'en chaque homme il y a un tueur.

Qui est né dans une maison pleine de souffrance.
Qui a appris à ne pas cracher dans la foule.
Qui s'est fait dicter sa conduite.
Qui s'est fait briser par le personnel qualifié.
Qui s'est fait castrer par une laisse et une chaine.
Qui s'est fait encourager.
Qui sortait de la masse.
Qui était même étranger chez lui.
Qui a été rabaissé plus bas que terre.
Qui a retrouvé mort au téléphone,
Qui a été entraîné vers le fond.

PIGS (THREE DIFFERENT ONES)
PORCS (LA BANDE DES TROIS)

11.28
Paroles et musique: Roger Waters
Roger Waters: Voix principale double-tracked, guitare basse
David Gilmour: Guitare électrique, boîte à voix
Richard Wright: Hammond organ, ARP synthesizer
Nick Mason: drums
Enregistré aux studios Britannia Row en Avril et Mai 1976, Islington, Angleterre

Big man, pig man, ha ha charade you are

You well heeled big wheel, ha ha charade you are
And when your hand is on your heart
You're nearly a good laugh
Almost a joker
With your head down in the pig bin
Saying “ Keep on digging ”
Pig stain on your fat chin
What do you hope to find
When you're down in the pig mine
You're nearly a laugh
You're nearly a laugh
But you're really a cry

Bus stop rat bag, ha ha charade you are
You fucked up old hag, ha ha charade you are
You radiate cold shafts of broken glass
You're nearly a good laugh
Almost worth a quick grin
You like the feel of steel
You're hot stuff with a hat pin
And good fun with a hand gun
You're nearly a laugh
You're nearly a laugh
But you're really a cry

Hey you, Whitehouse, ha ha charade you are
You house proud town mouse, ha ha charade you are
You're tying to keep our feelings off the street
You're nearly a real treat
All tight lips and cold feet
And do you feel abused ?
You gotta stem the evil tide
And keep it all on the inside
Mary you're nearly a treat
Mary you're nearly a treat
But you're really a cry

Gros bonhomme, gros porc, qui se fait son cinéma!
Toi la grosse tête, qui se fait son cinéma!
Et quand tu poses la main sur ton coeur,
Tu me fais bien marrer
Comme un clown.
La tête dans l'abreuvoir,
Disant « continue de t'enfoncer ».
Ton menton bien gras rappelle celui d'un porc.
Qu'espères-tu trouver
Dans le fin fond de la porcherie?
Tu m'fais bien marrer.
Tu m'fais bien marrer.
Mais en réalité t'es vraiment à pleurer.

Terminus sale vermine qui se fait son cinéma!
Putain de vieille peau qui se fait son cinéma!
Tu irradies les éclats froids du verre brisé.
Tu me fais bien marrer.
Ca vaut presque un rire en coin.
T'aimes la sensation du métal.
Tu es une bombe avec ta parure à chapeau.
Et tu es mignonne avec ton flingue à la main.
Tu me fais bien marrer.
Tu me fais bien marrer.
Mais en réalité tu es vraiment à pleurer.

Hé toi, la  Whitehouse qui se fait son cinéma!
Toi la fière vermine urbaine qui se fait son cinéma!
T'essaies de foutre nos sentiments au placard.
Tu es presque une bonne affaire.
Les lèvres scellées, découragée,
Te sens-tu trahie?
Tu dois vaincre le courant démoniaque.
Et garder tout ça pour toi.
T'es presque une bonne affaire, Mary.
T'es presque une bonne affaire, Mary.
Mais en réalité t'es vraiment à pleurer.

SHEEP
MOUTON

10.16
Paroles et musique: Roger Waters
Roger Waters: Voix principale, guitare basse
David Gilmour: guitare électrique
Richard Wright: Orgue Hammond, piano Fender Rhodes, synthétiseur ARP
Nick Mason: Batterie
Machniste inconnu de Pink Floyd: Section parlée à travers un vocodeur
Enregistré aux studios Britannia Row en Avril, Mai et Juillet 1976, Islington, Angleterre

Harmlessly passing your time in the grassland away
Only dimly aware of a certain unease in the air
You better watch out
There may be dogs about
I've looked over Jordan and I have seen
Things are not what they seem

What do you get for pretending the danger's not real
Meek and obedient you follow the leader
Down well-trodden corridors into the valley of steel
What a surprise!
A look of terminal shock in your eyes
Now things are really what they seem
No, this is no bad dream

The Lord is my shepherd, I shall not want
He makes me down to lie
Through pastures green
He leadeth me by the silent waters
With bright knives he releaseth my soul

He maketh me to hang on hooks in high places
He converteth me to lamb cutlets
For lo, he hath great power, and great hunger

When cometh the day we lowly ones
Through quiet reflection and great dedication
Master the art of karate
Lo, we shall rise up
And then we'll make the bugger's eyes water

Bleating and babbling I fell on his neck with a scream
Wave upon wave of demented avengers
March cheerfully out of obscurity into the dream


Have you heard the news ?
The dogs are dead
You better stay home
And do as you're told
Get out of the road
If you want to grow old

Tu passes gentiment ton temps dans les prés,
Vaguement conscient du malaise qui plane.
Tu devrais faire gaffe :
Il se peut qu'il y ait des chiens dans le coin.
J'ai regardé par-delà le Jourdain, et j'ai vu
Que les apparences sont parfois trompeuses.

Qu'est ce que ça t'apporte de faire fi du danger?

Fidèle et soumis, tu suis le chef
Jusqu'aux sentiers achalandés de la vallée d'acier.
Quelle surprise!
La stupeur se lit dans tes yeux.
Maintenant tout est réel.
Non, ce n'est pas un cauchemar.

Le Seigneur est mon berger, je ne saurais y manquer.
Il me laisse me reposer
dans le vert pâturages
Il me conduit vers les eaux silencieuses
De ses couteaux de lumière, il libèrera mon âme.

Il m'a fait pendre à des crochets, bien haut.
Il m'a transformé en côtelettes d'agneau.
Pour sûr, son pouvoir est immense et il a  grande faim.
Quand viendra le jour où nous,  les modestes,
Par muette réflexion et grand dévouement,
Nous aurons appris l'art du karaté,
Voyez, nous nous soulèverons,
Et ensuite nous ferons pleurer les faibles.

Bavardant et débitant ses bétises je l'ai assomé en hurlant
Flots apres flots les vengeurs fous
Sortent gaiement de l'obscurité pour entrer dans le rêve.

As-tu entendu les nouvelles?
Les chiens sont morts.
Tu ferais mieux de rester chez toi
Et faire comme on t'a dit.
Sors de la route
Si tu veux vivre vieux.

PIGS ON THE WING - Part 2
COCHONS VOLANTS - 2ieme partie

1.25
Paroles et musique: Roger Waters
Roger Waters: Voix principale, guitare acoustique Ovation
Enregistré aux studios Britannia Row en Novembre 1976, Islington, Angleterre

You know that I care what happens to you
And I know that you care for me
So I don't feel alone
Or the weight of the stone
Now that I've found somewhere safe
To bury my bone
And any fool knows a dog needs a home

A shelter from pigs on the wing

Tu sais que je me soucie de ce qu'il peut t'arriver,
Et je sais que tu te soucies de moi,
Alors je ne me sens pas seul,
Ou le poid de la pierre
Maintenant que j'ai trouvé un endroit sûr
Pour enterrer mes os.
Et n'importe quel fou sait qu'un chien a besoin d'une maison,
Un abri contre les cochons volants.

Retourner au contenu | Retourner au menu