David Jon Gilmour - Pink Floyd

Aller au contenu

Menu principal

David Jon Gilmour

Pink Floyd > Membres du groupe

David Jon Gilmour est né à Cambridge, en Angleterre, le 6 mars 1946. Son père, Douglas Gilmour, a été maître de conférences en zoologie à l'Université de Cambridge, et sa mère, Sylvia, était une enseignante et une éditrice de film, et ont élevés leurs familles à Grantchester Meadows, plus tard immortalisé par une chanson de Roger Waters sur Ummagumma.

Il a fréquenté l'école «Perse» sur Hills Road à Cambridge et rencontre le futur guitariste de Pink Floyd et chanteur Syd Barrett, ainsi que le bassiste et chanteur Roger Waters qui fréquentent la «Cambridgeshire High School for Boys», également situé sur Hills Road. Il a étudié les langues vivantes et avec Barrett, a passé ses midis, à apprendre à jouer de la guitare. Cependant, ils n'étaient pas encore acolytes, et Gilmour a commencé à jouer dans le groupe «The Newcomers», puis les «Joker Wild» en 1962. Il quitte ce dernier groupe en 1966 pour être musicien de rue en Espagne et en France avec des amis. Ce ne fut pas un grand succès, vivant pratiquement une existence au jour le jour. En juillet 1992, il a déclaré dans une interview avec Nicky Horne sur la BBC Radio qu'à un moment donné, il a du être soignée pour malnutrition dans un hôpital, pendant cette période. En 1967, le groupe retourna en Angleterre.

Lorsqu'il était un jeune adolescent, la profession de son père l'amène outre-mer, aux États-Unis, le laissant ainsi voler de ses propres ailes, jouant sur des bases américaines avec les Jokers Wild, et travaillant à de petits boulots, dont celui de modèle masculin. Tout cela a contribué à façonner en David sa fermeté de caractère et sa détermination résolue a réussir de ses propres moyens, ce qui devait refaire surface durant le conflit "Floydian" beaucoup plus tard, et mènera à bien les destinés du groupe après le départ de Roger Waters.

Il a été approché à la fin décembre 1967 par le batteur Nick Mason, qui lui a demandé s'il serait intéressé à joindre le groupe Pink Floyd, ce qu'il fit en janvier 1968, Pink Floyd faisant brièvement bande à cinq musiciens. Initialement, il était habitué à remplir les parties de guitare de Syd Barrett quand ce dernier était incapable d’être cohérant lors des spectacles de Pink Floyd. Quand Barrett quitte le groupe (en raison de son comportement erratique, le groupe ayant tout simplement choisi de ne pas aller le chercher un soir pour un concert), Gilmour par défaut à assumé le rôle de guitariste principal du groupe et partagé le rôle vocal avec le bassiste Roger Waters et le claviériste Rick Wright, au lieu de Barrett. Cependant, après les succès consécutifs de «The Dark Side of the Moon» et «Wish You Were Here», Waters à exercé plus de contrôle sur le groupe, écrit la plupart des titres des albums «Animals» et «The Wall», lui-même. Wright a été évincé au cours des séances de The Wall et la relation entre Gilmour et Waters se détériorera davantage pendant le «making of» de «The Wall» le film, et culmineront en 1983 pendant l’enregistrement de «The final Cut».

Lors d’une interview réalisé par le German newspaper Süddeutsche Zeitung le 18 mai 2003, avec Roger Waters, ce dernier répondra à certaines questions, ce qui suit;
S.Z. : M. Waters, il y a près de 20 ans, vous vous séparez de vos anciens combattants, et ce qui a suivi, a été une des batailles les plus bizarres dans l'histoire récente du divertissement. Vous cultiver à nouveau des contacts avec le claviériste Rick Wright et le batteur Nick Mason. Comment est votre relation avec votre successeur sporadique, le guitariste David Gilmour?
R.W. : Il n'existe aucune relation. Nous ne nous sommes pas parlé depuis 1985, sauf récemment, indirectement, dans une conférence téléphonique étrange.
S.Z. : Quelle rôle a joué David Gilmour au sein Pink Floyd?
R.W. : Un gros. Il est un excellent guitariste, par exemple.
S.Z. : Eh bien, désolé, mais pourquoi ne pas, vous et Gilmour, vous réunir, après tout ces années, devant une pinte de bière et …
R.W. : Pourquoi devrais-je?
S.Z.  : Parce que Pink Floyd aurait tiré des sommes astronomiques d'argent dans le cas d'une réunification du regroupe, par exemple.
R.W.: Je ne suis pas intéressé par ça. Je travaille actuellement sur un opéra ainsi qu'un sur un album studio. Pourquoi devrais-je j'ai passé mon temps à parler à David Gilmour?
S.Z.  : Parce que...  
R.W. : Vous savez quoi?  
S.Z. : Quoi?  
R.W.: Je ne l'aime pas.  
S.Z. : Vous ne l'aimez pas?
R.W. : Exactement, je ne l’aime tout simplement pas. Très simple. David et moi avons toujours été deux personnes très différentes, avec des vues très différentes sur les choses. C'était le cas en 1968, quand il est arrivé dans le groupe. Il n'a jamais changé. Parfois, tu dois regarder la vérité en face. Et la vérité c’est : je ne l'aime pas (sourire).
Cette interview démontre à quel point les deux membres de Pink Floyd avaient des vues opposées, à tout le moins l’opinion de Roger Waters envers David Gilmour, dénote une animosité.

Après l'enregistrement de «Animals» Gilmour a pensé que ses influences musicales avaient été sous-utilisées et canalise ses idées dans son premier album éponyme (1978), qui présentait sa signature de son style de guitare, mais aussi soulignant ses talents d’auteur. Une chanson écrite au cours des étapes de finitions de son album éponyme, mais trop tard pour être utilisé, est devenu «Comfortably Numb» sur «The Wall».

C'était l'ambiance négative entourant la création de l'album The Wall et The Wall le film, la composition de The Final Cut, pratiquement un album solo de Roger Waters, qui a conduit Gilmour à produire son deuxième album solo, «About Face», en 1984. Il l'utilise pour exprimer ses sentiments sur une variété de sujets, de l'assassinat de John Lennon à sa relation avec Waters. Depuis, il a admis qu'il a également utilisé l'album comme un moyen de se distancer de Pink Floyd.

Il part en tournée en Europe et aux États-Unis avec des personnalités de la télévision, qui plus tard ont disparu de la tournée, après qu’ils aient révélés l'adresse résidentielle de Syd Barrett sur scène. Mason et Wright ont rejoint Gilmour pour la partie Royaume-Uni du tour, qui, malgré quelques annulations, s'est finalement terminée avec des bénéfices. À son retour de tournée, il joue de la guitare avec un éventail d'artistes et produit également «The Dream Academy», qui avait un top dix au hit parade avec «Life in a Northern Town».

En 1985, Waters a déclaré que Pink Floyd était «une force passée de créativité», mais Gilmour pensait autrement. En 1986, avec Nick Mason il publie un communiqué de presse indiquant que Waters avait quitté le groupe et qu'ils entendaient poursuivre sans lui. il prend le contrôle complet du groupe et produit «A Momentary Lapse of Reason» en 1987 avec quelques contributions de Mason et Wright. Wright a officiellement rejoint le groupe après la sortie de l'album pour un tour du monde, et participe à la création de «The Division Bell» en 1994. Très bien pour une force «usée»!

Davis Gilmour explique;

«J'ai eu quelques problèmes avec la direction du groupe, dans un passé pas très lointain, avant que Roger quitte. Je pensais que les chansons étaient très verbeuses et que, parce que la signification précise de ces mots étaient si important, la musique était devenue un simple véhicule pour les paroles et non un aspect très inspirante. «The Dark Side of the Moon» et «Wish You Were Here» réussissent donc pas seulement en raison de la contribution de Roger, mais aussi parce qu'il y avait un meilleur équilibre entre la musique et les paroles, et que cela n’a été le cas dans les albums plus récents. C'est ce que j'essaie de faire avec «A Momentary Lapse of Reason», mettre davantage l'accent sur la musique, rétablir l'équilibr»


En 1986 il achète une péniche, qui devient «l’Astoria Studio», qui est amarré sur la Tamise près de Hampton Court. La majorité de «A Momentary Lapse of Reason» et «The Division Bell», ainsi qu’en 2006, l’album solo de Gilmour, «On An Island»et le dernier album, «The Endless Riverl» y ont été enregistrée.

Le 2 juillet 2005, il a joué avec Pink Floyd, y compris Roger Waters, au «Live 8» à Londres. Leur performance provoque une augmentation de ventes de l’album «Echoes:The Best of Pink Floyd» de 1343 %. Gilmour fait don de tous les bénéfices qui en résultent aux organismes de bienfaisance qui reflètent les buts du «Live 8», disant :

«Bien que l'objectif principal est de sensibiliser et faire pression sur les dirigeants du G8, je ne veux pas profiter du concert. Il s'agit d'argent qui doit servir à sauver des vies»


Peu de temps après, il a demandé à tous les artistes, touchés par une montée subite dans leurs ventes, issues de leurs prestations lors du «Live 8» de remettre les revenus supplémentaires à la collecte de fonds du Live 8. Après le concert, Pink Floyd se voit offrir près de 228$ millions pou des tournées aux États-Unis, mais le groupe refuse l'offre.

Le 2 février 2006, Gilmour annonce dans une interview avec le quotidien italien «La Repubblica» que Pink Floyd ne ferait probablement plus jamais de tournées ou n’écriront des textes, de nouveau ensemble. Il a dit:

«Je pense que c’est assez. J'ai 60 ans. Je n'ai pas la volonté de travailler aussi fort encore. Pink Floyd était une partie importante de ma vie, j'ai eu du temps merveilleux, mais c'est fini. Pour moi, c'est beaucoup moins compliqué de travailler seul. »

Il a également mentionné, qu’en acceptant d’être du Live 8, ils avaient assuré que l'histoire de Pink Floyd ne se terminait pas sur une note aigre.

«Il y avait plus d'une raison, tout d'abord pour soutenir la cause. Le second est l'énergie consommé par une relation inconfortable entre Roger et moi que je portais dans mon cœur. C'est pourquoi nous voulions performer et laisser le mauvais derrière. Troisièmement, j’aurai regretté si j’avais refusé»


Puis le 20 février 2006, Gilmour a commenté encore sur le futur quand Pink Floyd, il a été interviewé par Billboard.com, déclarant:

«qui sait? Je n'ai aucun plan du tout pour le faire. Mes plans sont de faire mes concerts et de lancer mon album solo».


En décembre 2006, il sort un hommage à Syd Barrett, décédé le 7 juillet de la même année, sous la forme de sa propre version du premier single de Pink Floyd, «Arnold Layne». Enregistré live au «Royal Albert Hall» de Londres, le single sous forme de CD présente des versions de la chanson interprétée par le claviériste de Pink Floyd (et membre du groupe de Gilmour) Rick Wright et de l’artiste invité, David Bowie. Le single est entré dans les charts au Royaume-Uni parmi les Top 75, au 19ième rang, et y est demeuré pendant trois semaines.

Depuis leur apparition au Live 8 en 2005, Gilmour a dit à plusieurs reprises qu'il y n'aura aucune réunion de Pink Floyd. Toutefois, dans un entretien avec Phil Manzanera en 2007, il a déclaré qu'il est «pas fait encore avec cette idée» et qu'il a l'intention de faire «quelque chose» dans le futur. Avec la mort de Wright en septembre 2008, une autre réunion des membres du groupe, est devenu impossible. Gilmour a dit de Wright:

«Dans le fatras des arguments au sujet de qui ou comment était Pink Floyd, la contribution énorme de Rick est souvent oubliée. Il était doux, modeste et privé, mais sa voix mélancolique et son jeu était vital, composantes magiques du son de Pink Floyd. Comme Rick, je ne trouve pas facile d'exprimer mes sentiments en mots, mais je l'aimais et il me manquera énormément. Je n'ai jamais joué avec quelqu'un comme lui»


En mai 2010, Waters a déclaré à l'Associated Press que Gilmour

« ….est complètement désintéressé par la chose (comme une reformation). Après le Live 8, j'aurais probablement pu pour faire plus de trucs, mais il n’est (David Gilmour) pas intéressée, c’est ce que c'est»


Prenant congé de calendrier d’avec Pink Floyd, Gilmour a également repris divers rôles comme producteur et ingénieur du son de concert pour une grande variété de show, qui comprenaient Paul McCartney, Kate Bush, Elton John, Eric Clapton, Grace Jones, B.B. King, Tom Jones, Bob Dylan, Pete Townshend, The Who, Alan Parsons, Supertramp, Levon Helm, Jools Holland, Robbie Robertson, Sam Brown et Seal.

En 1985, il a été membre du groupe de «Bryan Ferry’s Band». Il a joué sur l’album de ce dernier, «Boys and Girls» ainsi que la chanson «Is Your Love Strong Enough» pour la sortie américaine du film de Ridley Scott, «Tom Cruise-légende».

Il a également enregistré quatre albums solo, tous parmi les Top 40 de la U.S. Chart (On An Island en 2006 a culminé à la 6ième position; Live in Gdansk de 2008 a culminé à la 26ième place, son premier album solo éponyme a culminé à la 29ième place en 1978; et About Face de 1984 a atteint la 32ième position en 1984), Faisant ainsi de lui le seul membre de Pink Floyd à avoir eu, ce que l'on peut considérer, comme une carrière solo commercialement réussie.

En 1994, il joue de la guitare pour le jeu vidéo Tuneland, avec le saxophoniste additionnel pour Pink Floyd, Scott Page.

En 2001 et 2002, il a occupé un petit nombre de concerts solo acoustiques à Londres et à Paris, ainsi qu'un petit groupe et chœur, qui a été documenté sur le lancement «In Concert».

En 2003, Rolling Stone inclus Gilmour sur la liste des 100 plus grands guitaristes de tous les temps. Le 24 septembre 2004, Gilmour a effectué une série de trois chanson au Concert «The Strat Pack Concert» au Wembley Arena de Londres, marquant le 50e anniversaire de la guitare Fender Stratocaster.

Le 6 mars 2006 (son 60e anniversaire), il sort son troisième album solo, «On An Island», et un jour plus tard, il est également lancé aux États-Unis. Il fait ses débuts au #1 dans les charts au Royaume-Uni. L'album atteint le top cinq en Allemagne et en Suède et le top six au Billboard 200. L’album est produit par Gilmour avec Phil Manzanera et Chris Thomas, les orchestrations par le célèbre compositeur polonais Zbigniew Preisner. Il dispose également de David Crosby et Graham Nash sur les harmonies de la chanson-titre, Robert Wyatt au cornet et aux percussions et Richard Wright au chant et orgue Hammond. Un autre contributeur sur l'album est Rado «Bob» Klose à la guitare.

Il en résulte une tournée en Europe, aux États-Unis et au Canada du 10 mars au 31 mai 2006, pour promouvoir «On An Island». Il y avait 10 spectacles dans le volet américain et canadien de la tournée. Rick Wright, et des collaborateurs fréquents de Pink Floyd, Dick Parry, Guy Pratt et Jon Carin accompagnent également le tour.

Dans un communiqué de presse pour promouvoir la tournée, Gilmour a déclaré:

«J'espère plutôt qu'avec cette annonce de tournée, les gens me croiront quand je dis, honnêtement, que c'est avec ce seul groupe que je prévois tournée!»


«On An Island» qui a culminé #1 dans le UK charts . Le 10 avril 2006, l'album a été certifié disque de platine au Canada, pour des ventes de plus de 100,000 exemplaires. L'album a également donné à Gilmour son premier album Top 10 aux USA, comme artiste solo.

Un enregistrement vidéo d'un spectacle de la tournée solo, intitulé  «Remember That Night-Live» au Royal Albert Hall a été lancé le 17 septembre 2007. Le double DVD, réalisé par David Mallet, contient plus de cinq heures de film, notamment un documentaire «On the road» et les apparitions de David Bowie et Robert Wyatt. Les 2 heures et demi de concert montrent le membre de Pink Floyd, Rick Wright, Phil Manzanera de Roxy Music, Steve DiStanislao à la batterie et divers habitués de Pink Floyd tel que Dick Parry, Guy Pratt et Jon Carin. Le livret de 20 pages qui accompagne le DVD comprend plus de 80 photos sélectionnées du studio d'enregistrement et des tournées.

Le dernier spectacle de la tournée «On An Island» s'est déroulée au chantier naval de Gdansk en Pologne le 26 août 2006, devant une foule de 50,000 personnes, et marqué le 26ème anniversaire de la révolution de 1980 de la Pologne. Le concert a été marqué par l'inclusion de «A Great Day For Freedom» dans le cadre du rappel.

Le spectacle a été enregistré, résultant en un album live et la sortie du DVD «Live à Gdansk». Le concert était la seule occasion de la tournée ou l’on retrouvait un orchestre, avec une section des cordes de 40 personnes de la Polish Baltic Philharmonic Orchestra, dirigé par Zbigniew Preisner, qui était responsable des arrangements orchestraux de «On An Island».

Le 25 mai 2009, il a participé à un concert qui s'est tenu à «l'Union Chapel» à Islington, Londres. Le concert faisait partie de la campagne «Hidden Gigs» contre l'itinérance cachée qui est organisé par «Crisis», un organisme de bienfaisance national basé au Royaume-Uni pour les sans-abri. Il est apparu dans une collaboration avec les musiciens Maliens, Amadou et Mariam.

Le 4 juillet 2009, il rejoint son ami Jeff Beck sur scène au Royal Albert Hall. David et Jeff échange des solos sur «Jérusalem» et fermé le spectacle avec «Hi Ho Silver Lining».

En août 2009, il sort un single en ligne, «Chicago-Change The World», sur lequel il a chanté et joué de la guitare, de la basse et du clavier, pour faire connaître le sort de Gary McKinnon. Un ré-intitulé de la chanson de Graham Nash «Chicago», met en vedette Chrissie Hynde et Bob Geldof, plus McKinnon lui-même, et a été produit par le collaborateur de longue date de Pink Floyd, Chris Thomas. Une vidéo ultérieure a été également publiée en ligne.

LE STYLE GILMOUR
Dave Gilmour est surtout connu pour son travail de guitare principale. Son style solo est souvent caractérisée par l'influence du blues phrasé, des notes expressives et soutenues. En 2005, il a été classé le 82e plus grand guitariste par le magazine Rolling Stone.

En janvier 2007, les lecteurs de «Guitar World» ont voté que ses solos, «Comfortably Numb», «Time» et «Money» comme étant parmi les 100 meilleurs solos de guitare de tous les temps. «Comfortably Numb» été classé 4ième de tous les temps. «Time», 21ième et «Money» 62ième .

Au début de sa carrière avec Pink Floyd, Gilmour a joué une multitude de Fender Stratocasters. L'un de ses solos de guitare populaire, «Another Brick in the Wall - Part 2», a été joué sur une guitare Gibson Les Paul Gold Top équipée d’une barre de vibrato Bigsby et d’un micros P-90. En 1996, il a été intronisé au Rock and Roll Hall of Fame en tant que membre de Pink Floyd. Son solo «Comfortably Numb» a été encore reconnu comme l'un des plus grands solos de guitare de tous les temps, dans plusieurs sondages par les auditeurs et les critiques.

Bien que principalement connu pour son travail de guitare, il est également un multi-interprète compétent. Il joue aussi de la basse, du clavier, du banjo, de l’harmonica, de la batterie (entendue sur Syd Barrett «Dominoes» et d'autres chansons où il a choisi de jouer tous les instruments, et le saxophone.

De tous les instruments qu'utilise David Gilmour, notons une guitare Fender Stratocaster. Il possède entre autres la Fender Stratocaster n° de série #00001, première commercialisée, mais qui n'est pas la première fabriquée.

SA VIE PERSONNEL
La première épouse de Gilmour était d'origine américaine Virginia «Ginger» Hasenbein. Il ont eu quatre enfants de cette union: Alice (né en 1976), Clare (né en 1979), Sara (né en 1983) et Matthew (né en 1986).

Les enfants fréquentaient à l'origine une école à Waldorf, mais Gilmour dira de leur éducation là-bas; «Horrible». En 1994, il épouse Polly Samson et le couple a quatre enfants : Charlie (fils de Samson avec Heathcote Williams que Gilmour a adopté), Joe, Gabriel et Romany. Soit dit en passant, les voix de Charlie peut être entendu, au téléphone avec Steve O'Rourke, à la fin de «High Hopes» sur l’album «The Division Bell».

En dehors de la musique, il est également un passionné d'aviation et pilote expérimenté. Sous l'égide de la compagnie, Intreprid Aviation, il avait amassé une collection d'avions historiques. Il a plus tard décidé de vendre la société, son entreprise, dont il avait commencé comme un passe-temps, devenait trop commerciale pour lui à gérer. Dans une interview à la BBC, il a déclaré :

«Intrepid Aviation était une façon pour moi d’en faire mon hobby et de le rentabiliser un petit peu, mais peu à peu, au fil des ans Intrepid Aviation est devenue une entreprise parce qu'il faut être pragmatique à ce sujet. Tout à coup, j'ai trouvé au contraire, que ce qui devait être un passe-temps pour moi et m'amuser, était devenu une entreprise, et donc je l'ai vendu. Je n'aurai plus d’Intrepid Aviation. J'ai juste un beau vieux biplan, avec qui j’erre dans le ciel parfois... »


En 2003, il fut nommé CBE (Commander of the Order of the British Empire) pour ses services à la musique et la philanthropie. Le 22 mai 2008, il a reçu le prix «Ivor Novello Lifetime Contribution Award». Peu de temps après, il reçut un prix, par Q Awards, pour sa contribution exceptionnelle à la musique. Il a dédié son prix à son ami, récemment disparu, Richard Wright. Le 11 novembre 2009, il reçoit un doctorat honoris causa de «Angela Ruskin University». En Angleterre il est réputée être un très grand mécène.

Retourner au contenu | Retourner au menu