Meddle - Pink Floyd

Aller au contenu

Menu principal

Meddle

Discographie > Albums-Crédits

Enregistrement


Producteur
Ingénieur de son

Pochette


Maison de disque (Royaume Uni)
États-Unis
Date de sortie Angleterre
Date de sortie  États-Unis
Meilleur classement

Studios EMI  No 2 & 3  d'Abbey Road à Londres du 4 au 21 Janvier, du 24 au 26 Janvier, du 7 au 28 Mars, du 8 au 14 Avril, le 2 Mai et du 9 au 11 Mai 1971. (Echoes)
Studios AIR et Morgan Sound en Janvier 1971 et de Mars à Aout 1971.
Pink Floyd
Peter Brown et John Leckie pour EMI et AIR.
Rob Black et Roger Quested pour Morgan.
Design par Pink Floyd
Hypgnosis
Harvest, EMI (Royaume Uni)
Harvest/Capitol (États-Unis)
13 Novembre 1971
30 Octobre 1971
3e  (Royaume Uni)
70e (États-Unis)

L'enregistrement de cet album s'échelonnera de janvier et août 1971.

On dit de cet album qu'il est celui qui marquera la transition dans le style musicale du groupe, délaissant leur style "psychédélique".


CE QU'ILS ONT DIT;
   Nous avons fait un nombre considérable de démos que l'on a ensuite assemblées, et pour la première fois ça a marché. Cet album était un précurseur évident de The Dark Side Of The Moon, celui qui, pour la première fois, nous a donné la direction à suivre.
David Gilmour, Mojo Magazine, mai 1994

   Nous avons passé beaucoup de temps avant de commencer l'enregistrement. Nous avions travaillé sur notre projet The Household Objects mais ça n'a jamais abouti. L'idée était toujours de créer une pièce musicale continue qui explorerait différentes ambiances et c'était l'album qui a établi celà. C'est Rick qui l'a amorcé avec cette simple note au début d'Echoes.
Nick Mason, Mojo Magazine, mai 1994

   Je jouais sur le piano dans le studio, mais en fait c'est Roger qui a dit : "Serait-il possible d'enregistrer cette note et de la faire passer dans un Leslie ?". C'est ça qui a tout déclenché. C'est de cette façon que naissent toutes les meilleures chansons du Floyd, je crois.
Rick Wright, Mojo Magazine, mai 1994

ONE OF THESE DAY
UN DE SES JOURS

5'56
Musique: Roger Waters, Rick Wright, Nick Mason, David Gilmour
Roger Waters: guitare basse (avec répétition en écho), synthétiseur VSC3
David Gilmour: Guitare Stratocaster, guitare électrique Lewis, guitare basse, guitare lap steel double-tracked Fender, effets sur ruban, à reculons
Richard Wright: Piano, orgue Hammond
Nick Mason: Batterie, traitements vocaux, traitements des rubans
Enregistré de Juillet à Aout 1971 aux studios Morgan Sound et AIR de Londres.

Instrumentale

Paroles dites par Nick Mason, d'un ton menacant
"One of these days, I'm going to cut you in little pieces"
"Un de ces jours, je vais te découper en petits morceaux
"

A PILLOW OF WINDS
UN OREILLER DE VENTS

5'13
Paroles & musique: David Gilmour, Roger Waters
Roger Waters: guitare basse
David Gilmour: Voix principale, guitare acoustique, guitare électrique slide, fretless bass
Rick Wright: Orgue Hammond
Nick Mason: Hi-hat
Enregistré de Juillet à Aout 1971 aux studios Morgan Sound et AIR de Londres.


Les membres du groupe jouait régulièrement au Mah-Jong lors de l'enregistrement de l'album. Le titre fait référence à l'une des mains du jeu.

A cloud of eiderdown draws around me, softening the sound
Sleepy time when I lie with my love by my side
And she's breathing low
And the candle dies

When night comes down you lock the door
The book falls to the floor
As darkness falls and waves roll by
The seasons change, the wind is warm

Now wakes the owl, now sleeps the swan

Behold a dream, the dream is gone
Green fields, a cold rain
Is falling in a golden dawn

And deep beneath the ground the early morning sounds
And I go down
Sleepy time when I lie with my love by my side
And she's breathing low
And I rise like a bird
In the haze when the first rays touch the sky
And the night winds die

Des nuages d'édredons se dessinent autour de moi, adoucissant les sons
C'est l'heure de dormir quand je m'allone avec mon amour à coté de moi
Et elle respire lentement
Et la bougie s'éteint

Quand la nuit tombe tu vérouilles la porte
Le livre tombe sur le sol
Comme l'obscurité qui tombe et le roulis des vagues
Les saisons changent, le vent est chaud

Maintenant s'éveillent les hiboux, maintenant les cygnes dorment
Voir un rêve, le rêve disparaît
Champs verdoyants, une pluie froide
Tombe dans une aube dorée

Et dans les profondeurs de la terre, les petits matin raisonnent
Et je descend
C'est l'heure de dormir quand je m'allone avec mon amour à coté de moi
Elle respire lentement
Et je m'envole tel un oiseau
Dans la brume quand les premiers rayons touchent le ciel

Et les vents de la nuit disparaissent

FEARLESS
COURAGEUX

6'08
Paroles & musique: David Gilmour, Roger Waters, Rodgers Hammerstein II
Roger Waters: Guitare basse, guitare rythmique électrique
David Gilmour: Voix principale, guitare acoustique rythmique, guitare principale Stratocaster
Rick Wright: Piano
Nick Mason: Batterie, percussions
'The KOP' (Fans du Liverpool Football Club): Choeur à la fin
Enregistré de Juillet à Aout 1971 aux studios Morgan Sound et AIR de Londres.


À la fin de la chanson, on entend "You'll Never Walk Alone" chantée par les fans du Liverpool Football Club.  C'est l'hymne de l'équipe de Liverpool créé par Richard Rodgers et Oscar Hammerstein.

You say the hill's too steep to climb,
climbing
You say you'd like to see me try,
climbing
You pick the place and I'll choose the time
And I'll climb the hill in my own way
Just wait a while for the right day
And as I rise above the tree-line and the clouds

I look down hearing the sound
Of the things you've said today

Fearlessly the idiot faced the crowd, smiling
Merciless the magistrate turns round, frowning
And who's the fool who wears the crown
No doubt in your own way
And every day is the right day
And as you rise above the fear-lines in his brow
You look down hear the sound of the faces in the crowd
Supporters de l'équipe de football de Liverpool chantant;
You'll Never Walk Alone
When you walk through a storm,
hold your head up high,
and don't be afraid of the dark;
at the end of a storm there is a golden sky
and the sweet silver song of a lark.

Walk on through the wind,
walk on through the rain,
tho' your dreams be tossed and blown.

Walk on, walk on with hope in your heart,
and you'll never walk alone,
you'll never, ever walk alone.
Walk on, walk on with hope in your heart,
and you'll never walk alone,
you'll never, ever walk alone

Tu dis que la colline est trop escarpée pour y grimper
Grimper
Tu dis que tu aimerais bien me voir essayer
Grimper
Tu choisis l'endroit et je choisirai le moment
Et je grimperai la colline à ma façon
J'attend juste la bonne journée
Et je mélève au-dessus de la cîme des arbres et des nuages

Je regarde en bas et j'entends le son
Des choses que tu as dites aujourd'hui

Courageusement, l'idiot a fait face à la foule, souriant
Impitoyable, le magistrat tourne en rond, renfrognant

Et qui est le fou qui porte la couronne?
Pas de doute sur ta propre voie
Et chaque  jour est la bonne journée
Et tu t'élèves au-dessus des rides de colère de son front

Tu regardes en bas et entends le bruit des visages dans la foule
Supporters de l'équipe de foot de Liverpool chantant;
Tu Ne Marcheras plus jamais seul
Quand tu marches sous une tempête,
Garde la tête haute,
Et n'aie pas peur de l'obscurité;
A la fin de l'orage il y a un ciel doré
Et le doux chant argenté d'une alouette.

Marche contre le vent,
Marche contre la pluie,
Bien que tes rêves soient maltraités et soufflés.

Marche, marche avec l'espoir dans ton cœur,
Et tu ne marcheras plus jamais seul,
Plus jamais, jamais tu marcheras seul.
Marche, marche avec l'espoir dans ton cœur,
Et tu ne marcheras plus jamais seul
Plus jamais, jamais tu marcheras seul.

SAN TROPEZ
SAINT TROPEZ

3'43
Paroles & musique: Roger Waters
Roger Waters: Voix principale, guitare basse
David Gilmour: Guitare rythmique, guitare  lap steel Fender
Rick Wright: Piano
Nick Mason: Batterie
Enregistré de Juillet à Aout 1971 aux studios Morgan Sound et AIR de Londres.


Seul chanson de l'album non écrite en collaboration. Elle l'a été par Roger Waters.

As I reach for a peach
Slide a line down behind a sofa in San Tropez

Breaking a stick with a brick on the sand
Riding a wave in the wake of an old sedan

Sleeping alone in the drone of the darkness
Scratched by the sand that fell from my love
Deep in my dreams and I still hear her calling


If you're alone, I'll come home

Backward and homebound, the pigeon, the dove
Gone with the wind and the rain on an airplane
Born in a home with no silver spoon
I'm drinking champagne like a good tycoon

Sooner than wait for a break in the weather
I'll gather my far flung thoughts together
Speeding away on a wind to a new day
If you're alone, I'll come home

And I'll pause for a while by a country stile

And listen to the things they say
Digging for gold in a hole in my hand
Open the book, take a look at the way things stand
And you're leading me down to the place by the sea
I hear your soft voice calling to me
Making a date for later by phone
And if you're alone, I'll come home

Dans ma recherche de bon coup,
Glisser une corde vers le bas derrière un canapé à St Tropez
Cassant un bâton avec une brique sur le sable
Chevauchant une vague dans le sillage d'une vieille Sedan
Dormant seul dans le ronronnement de l'obscurité
Egratigné par le sable qui tombait de mon amour
Au plus profond de mes rêves et je l'entends encore appeler

Si tu es seul, je rentrerai à la maison

Rentrant à la maison, le pigeon, la colombe
Sont partis avec le vent et la pluie sur un avion
Né dans un foyer sans cuillière argentée
Je bois du champagne comme un important homme d'affaire
Plutôt que d'attendre une accalmie du temps
Je réunirai mes vastes pensées ensembles
Les expédiants au loin sur le vent d'un jour nouveau
Si tu es seul, je rentrerai à la maison

Et je m'arretterai pour un moment près d'une campagne
Et j'écoute sur les choses qu'ils disent
Cherchant l'or dans le creu de ma main
Ouvre le livre, jette un oeil sur la manière dont les choses se présentent
Et amène-moi à l'endroit près de la mer

J'entends ta douce voix qui m'appelle
Convenant d'un prochain rendez-vous téléphonique
Et si tu te sens seul, je rentrerai à la maison

SEAMUS

2'15
Paroles et musique: Nick Mason, David Gilmour, Roger Waters, Rick Wright
Roger Waters: Guitare basse
David Gilmour: Voix principale, guitare slide
Rick Wright: Piano
Seamus, le chien de Steve Marriott(Chanteur et musicien Britanique): Aboiement
Enregistré de Juillet à Aout 1971 aux studios Morgan Sound et AIR de Londres.


Seamus est le nom d'un chien, celui de Steeve Marriott, un associé de Pink Floyd, et que David Gilmour gardait parfois chez lui. On l'entend donc aboyé dans la chanson. Lors de l'enregistrement de Pink Floyd - Live At Pompéï, la chanson est devenue Mademoiselle Nobs, puisque la chieenn qui aboie s'appelait Nobs.

I was in the kitchen
Seamus, that's the dog, was outside
Well I was in the kitchen
Seamus, my old hound, was outside
Well you know the sun was sinking slowly
And my old hound-dog just sat right down and cried

J'étais à la cuisine
Seamus, le chien, était dehors
Et bien j'étais à la cuisine
Seamus, mon vieux chien de chasse, était dehors
Et bien tu sais le soleil disparaissait lentement
Et mon vieux chien de chasse s'est juste assis et a aboyé

ECHOES
ECHOS

23'27
Paroles et musique: Nick Mason, David Gilmour, Roger Waters, Rick Wright
Roger Waters: guitare basse
David Gilmour: Voix principale, guitare Stratocaster, guitare électrique Lewis, guitare basse fretless
Rick Wright: Piano, orgue Hammond, voix harmonique d'arrière champ
Nick Mason: Batteire
Enregistré aux studios Morgan Sound de Londres du 19 au 27 Juillet 1971.
Enregistré aux studios AIR de Londres du 23 au 27 Aout.


D'une durée de 23 minutes 27 secondes, elle occupe toute la ace "B" de l'album. Ce titre se retrouvera sur 2 projets majeurs du groupe. D'abord l'oeuvre a été divisé en deux parties, la première constituant l'ouverture de la filmographie Pink Floyd - Live At Pompéii (1972) et la deuxième la fermant. Enfin cette oeuvre est le titre de la compilation Echoes, The best of Pink Floyd (2001).
L'ouverture se rapproche du son d'un sonar créé par une note jouée au piano et passée dans un Leslie cabinet.

Overhead the albatros hangs motionless upon the air
And deep beneath the rolling waves
In labyrinths of coral caves
The echo of a distant tide
Comes willowing across the sand
And everything is green and submarine

And no one showed us to the land
And no one knows the wheres or why
But something stirs and something tries

And starts to climb towards the light

Strangers passing in the street
By chance two separate glances meet
And I am you and what I see is me
And do I take you by the hand
And lead you through the land
And help me understand the best I can

And no-one calls us to move on
And no-one forces down our eyes
And no-one speaks and no-one tries
And no-one flies around the sun

Cloudless everyday you fall upon my waking eyes
Inviting and inciting me to rise
And through the window in the wall
Come streaming in on sunlight wings
A million bright ambassadors of morning

And no-one sings me lullabies
And no-one makes me close my eyes
And so I throw the windows wide
And call to you across the sky

Au-dessus l'albatros s'accroche immobile sur les airs

Et au creux des vagues déferlantes,
Dans les labyrinthes des récifs de coraux,
L'écho d'une marée lointaine
Vient résonner à travers le sable
Et tout est vert et sous-marin

Et personne ne nous a montré ce royaume
Et personne ne sait l'endroit ou pourquoi
Mais quelques choses remuent et quelques choses s'agitent
Et amorcent son ascension vers la lumière

Des étrangers passent dans la rue
Par chance, deux regards distincts se croisent
Et je suis toi et ce qe je vois est moi.
Et devrais-je te prendre par la main
Et te guider à travers le royaume
Et m'aider à comprendre de mon mieux.

Et personne ne nous demande de partir
Et personne ne nous force à baisser les yeux
Et personne ne parlent et parsonne n'essaient
Et personne ne volent autour du soleil

Chaque jour sans nuage tu retombes vers mes yeux éveillés
M'invitant et m'incitant à me lever
Et à travers la fenêtre dans le mur
Viennent entrant sur les ailes de la lumière
Un million d'ambassadeurs radieux du matin

Et personne ne me chantent de berceuses.
Et personne ne me fait fermer les yeux.
et alors j'ouvre grand la fenêtre
Et je t'appelle par delà le ciel.

Retourner au contenu | Retourner au menu