Roger Waters - Pink Floyd

Aller au contenu

Menu principal

Roger Waters

Pink Floyd > Membres du groupe

George Roger Waters est né le 6 Septembre 1943 à Great Bookham, Surrey, Angleterre, et a grandi à Cambridge. Il est surtout connu comme le bassiste, chanteur, parolier, membre fondateur et l'un des principaux auteurs de Pink Floyd.

Son père, Eric Fletcher Waters, professeur d'éducation physique, sert comme ambulancier pendant le "Blitz", terme allemand signifiant « éclair », est la campagne de bombardements stratégiques durant la Seconde Guerre mondiale menée par la Luftwaffe, l'aviation allemande, contre le Royaume-Uni du 7 septembre 1940 au 21 mai 1941. Par la suite il joint l'armée Britanique, au sein du 8e bataillon des Royals Fusiliers de la compagnie "Z". Il meurt à Aprilia, aaprès ;e débarquement allié d'Anzio en 1944, au cours de l'Operation Shingle, alors que Roger n'avait que cinq mois. Le traumatisme lié à la mort de son père marquera de façon importante ses compositions, de "Corporal Clegg" (A Saucerful of Secrets, 1968), "Free Four" (Obscured by Clouds, 1972) à la révérence "When The Tigers Broke Free", d'abord utilisé dans la version cinématographique de "The Wall" (1982), puis plus tard incluse sur "The Final Cut" et "The Fletcher Memorial Home" (The Final Cut, 1983). Roger Waters vit ensuite seul avec sa mère, Mary, une enseignante, et son frère aîné John. Celle-ci enseignera à Syd Barrett.

Roger Waters et Syd Barrett ont fréquenté "Morley Memorial Junior High " sur Blinco Grove à Cambridge, et plus tard les deux ont fréquenté la "Cambridgeshire High School for Boys" (maintenant nommé Hills Row Sixth Form College), tandis que le futur membre du groupe, David Gilmour, fréquentait la "Perse School" située sur la même rue. Waters a rencontré Mason et Wright tout en fréquentant  la "Regent Street Polytechnic school of architecture". Il était un grand sportif et aimait nager dans la rivière Cam à Grantchester Meadows. À 15 ans, il était président du YCND (Youth Campaign for Nuclear Disarmament) à Cambridge.

Roger Water avait une grande force de caractère. Au plan musical, c'est un autodidacte, sa formation musicale ayant consisté à gratter la guitare, faire des riffs et à constamment se déplacer avec sa guitare. En 1963, il fonde un premier groupe avec Richard Wright et Nick Mason, les "Sigma 6".

En 1965, Waters a co-fondé Pink Floyd avec Barrett, Wright et Mason. Bien que Barrett au départ fait la plupart des compositions pour le groupe, Waters s'est trouvé à l'avant plan comme compositeur quand Barrett a quitté le groupe. Il avait tenté de forcer Barrett à suivre des traitements psychiatriques, qui se sont avérés inefficaces. Comblant le vide laissé par Barrett, Waters a commencé à tracer une nouvelle direction artistique de Pink Floyd. Avec Waters et Gilmour le groupe a finalement la notoriété, produisant une série d'albums, dans les années 1970, qui restent parmi les disques les plus acclamés par la critique et best-seller de tous les temps.

Waters est devenu le principal contributeur lyrique, après le départ de Barrett, écrit toutes les paroles des cinq albums de Pink Floyd ayant précédé son départ du groupe, en commençant avec The Dark Side Of The Moon et se terminant avec The Final Cut, tout en exerçant un contrôle plus créatif sur le groupe et sa musique. Il a produit des idées thématiques qui sont devenus l'impulsion pour les albums concepts tels que The Dark Side Of The Moon, Wish You Were Here, Animals, The Wall, écrit en grande partie par lui-même, et The Final Cut, entièrement écrit par Waters. The Final Cut est le seul album de Pink Floyd sur lequel Waters est crédité d'écriture sur toutes les chansons ainsi que toute la musique.

Pendant l'enregistrement de "The Wall", Waters est l'istigateur des tirs envers de Rick Wright, après des problèmes personnels de ce dernier et son incapacité à compléter les parties de clavier, le tout commencant à affecter la production de l'album. En fait, il a menacé de mettre "The Wall" au rancart si Gilmour et Mason ne vont pas de pair avec le projet. Wright est resté avec le groupe et rémunéré en tant que musicien de session pendant que Waters a conduit le groupe à travers une performance complète de l'album tous les soirs de la brève tournée qui suivit, pour laquel Gilmour a agi comme directeur musical.


En 1983, la dernière collaboration Waters-Gilmour, "The Final Cut", est lancé. Les notes de pochette décrivent  "The Final Cut" comme; "Un requiem pour le rêve d'après-guerre par Roger Waters, musique interprétée par Pink Floyd". Gilmour a tenté sans succès de retarder la production de l'album jusqu'à ce qu'il puisse être reconnu comme auteur de matériel sur l'album, mais Waters a refusé.


Puis, en Novembre 1986,Waters a débuté de procédures afin de dissoudre officiellement leur partenariat, disant que Pink Floyd était "une force créative épuisée". Gilmour et Mason se sont opposés et ont annoncé leur intention de continuer l'aventure Pink Floyd.

La bataille qui s'en suivit entre Waters et Gilmour, sur l'intention de ce dernier de continuer à utiliser le nom de Pink Floyd, est entré dans les poursuites, les menaces et des querelles publiques dans la presse de la part des deux factions. Waters a affirmé que, comme le groupe original était composé de lui-même, Syd Barrett, Richard Wright et Nick Mason, Gilmour et Mason ne pouvaient pas utiliser raisonnablement le nom Pink Floyd du fait que c'était sans trois de ses membres fondateurs. Un autre des arguments de Waters était que; Parcequ'il avait écrit presque toutes les paroles du groupe et une grande partie de la musique après le départ de Syd Barrett, Nick Mason et David Gilmour ne devraient pas être légalement autorisés à poursuivre Pink Floyd ou exécuter la musique du groupe. En fin de compte, le juge n'est pas d'accord, et Pink Floyd a continué son aventure, sortant deux albums par la suite; "A Momentary Lapse of Reason" et "The Division Bell", et même un dernier en Octobre 2014 (The Endless River), avec Gilmour utilisant des compositeurs extérieurs au groupe pour compléter les deux albums ainsi que certaines de ses propres composition, puis "The Endless River", album auquel a participé Rick Wright, avant son décès. Ayant perdu sa poursuite, Waters négociera néanmoins l'exclusivité des rerpésentations intégrale de The Wall.

Après la sortie de The Final Cut", Waters se lance dans une carrière solo, produisant trois albums concept, et une musique de film, qui n'a pas recueilli de ventes impressionnantes. Son travail en solo a été acclamé par la critique, cependant, comparé au travail précédent avec Pink Floyd. Son premier album solo, sorti en 1984, "
The Pros and Cons of Hitchhiking", était un projet sur les rêves d'un homme au cours d'une nuit. La liste des musiciens ayant contribué avec Waters comprend, le guitariste Eric Clapton et le saxophoniste de jazz David Sanborn. Conçu dans le même temps que "The Wall", le concept avait été présenté et joué aux autres membres de Pink Floyd, mais ils ont choisi de procéder avec le "The Wall" plutôt que "The Pros and Cons of Hitch Hiking", rejetant ce dernier comme parcequ'il était jugé "trop personnel". Gilmour dira plus tard que ce n'était pas une tâche aussi évident qu'il n'y paraît, car, à son avis, les deux démos étaient "inaudibles" et "sonnaient exactement pareils." Longtemps ingénieur avec Pink Floyd, Nick Griffiths, est cependant en désaccord: "Ils étaient sérieusement rude, mais le son était là ". L'album, dont la pochette est l'oeuvre de Gerald Scarfe, que certains prétendaient être sexiste, reçu des critiques mitigées, avec Kurt Loder critiquant, dans la revue "Rolling Stone",  l'oeuvre comme étant un "dossier étrangement statique, faiblement hideux". À l'autre extrémité du spectre, Mike DeGagné de "Allmusic" a salué l'album pour son "symbolisme ingénieux et son utilisation brillante des flux de la conscience dans un domaine inconscient" , lui attribuant quatre étoiles sur cinq.

Waters a débuté une tournée du nouvel album, aidé par Clapton, une conception de Mark Fisher de "Fisher Park" et la conception de l'éclairage par "Mark Brickman". Avec un nouveau groupe, du nouveau matériel, et une sélection des "hit" de Pink Floyd, Waters lance sa tournée à Stockholm, en Suède, le 16 Juin, 1984. L'attrait d'une "rock star" peu anonyme, cependant, n'allait pas avec celle de Pink Floyd. Certaines représentations ont été annulées, et Waters a été irrité par le public, qui semblait souvent réagir plus positivement à Clapton qu'il ne le voulait. Le coût de cette collaboration Clapton/Waters a ét d'environ  400,000$, mais malgré l'accueil tiède pour son nouvel album, Waters s'est rendu aux États-Unis en 1985 avec "The Pros and Cons Plus Some Old Pink Floyd Stuff – North American Tour".

Le 9 Novembre 1989, le mur de Berlin tombe, et le 21 Juillet, 1990 Waters présente "The Wall - Live in Berlin", un concert-bénéfice à la "Potsdamer Platz". Parmi les musiciens invités; Joni Mitchell, Van Morrison, Cyndi Lauper, et Sinead O'Connor. Waters utilise également un orchestre symphonique et un chœur de l'Allemagne de l'Est, une fanfare soviétique, et une paire d'hélicoptères de l'escadron Américain de la 7ième "Airborne Command and Control".

Conçu par Mark Fisher de "Fisher Park", un mur de 550' de large X 82' de haut a été construit et les personnages gonflables de Gérard Scarfe ont été recrée sur une plus grande échelle. Gilmour, Mason et Wright n'ont pas été invités. Le concert avait pour but de recueillir des fonds pour un organisme de bienfaisance enregistré au Royaume-Uni fondée peu avant, par le regretté Leonard Cheshire: le Fonds commémoratif pour les secours en cas de catastrophe. Le nom de l'organisme de bienfaisance a ensuite été changé pour le Fonds commémoratif mondiale pour les secours en cas de catastrophe, en 1992, avant de cesser complètement l'exploitation en 1995.

En 1990, Waters nomme Mark Fenwick comme son nouveau directeur, et quitte EMI, signant un accord mondial avec Columbia Records. Il a divorcé de sa deuxième épouse, Carolyne Christie, et a également lancé l'album "Amused to Death".

Bien que certaines des idées de l'album remontent aux années 1980, "Amused to Death" est fortement influencé par des événements tels que les manifestations de la place Tiananmen de 1989, et la guerre du Golfe. L'album est surtout une critique de la notion de guerre, devenat un objet de divertissement, particulièrement à la télévision. Pat Leonard, qui avait également travaillé sur "A Momentary Lapse of Reason" de Pink Floyd, co-produit l'album. Bob Ezrin a également été référencé, avec la ligne "Chaque homme a son prix, Bob, et la vôtre était assez faible" sur "Too Much Rope"

Le titre a été tiré du livre de Neil Postman "Amusing Ourselves to Death". C'est l'enregistrement solo de Waters le plus acclamé par la critique, avec des critiques de musique comparant le travail à celui de Pink Floyd, sur l'album "The Wall". Waters décrit lui-même l'enregistrement comme le troisième d'une trilogie thématique liée, à la suite de "The Dark Side of The Moon" et "The Wall". L'album avait un succès "What God Wants, Pt. 1", qui a culminé au 4ième rang du Mainstream Rock Charts. Jeff Beck joue la guitare principale sur de nombreux morceaux de l'album, qui ont été enregistrés avec une plaque tournante de musiciens en back-up. Il n'y avait pas de tour à l'appui de l'album, bien que Waters performera plus tard plusieurs chansons de l'album, près de huit ans plus tard, sur son tour "In The Flesh".

En 1999, il lance sa tournée "In the Flesh", ou il exécute une partie de ses œuvres les plus célèbres, y compris à la fois des solos et du matériel de Pink Floyd. La tournée a été un grand succès aux États-Unis, et après il réserve des salles plus petites, les billets se vendant si bien que la plupart des concerts ont dû être mis à niveau vers de plus grandes salles. Après 1994, David Gilmour était en pause, semi-retraite officieuse de Pink Floyd, et suivant de nombreux albums de Pink Floyd se vendant au rythme des albums des Beatles, Waters était en grande demande. La tournée a finalement fini par un tour du monde. Les billets étaient en forte demandes, si bien que la tournée a dû s'échelonner sur plus de trois ans. Un concert a été publié sur CD et DVD, appelé "In the Flesh Live". Au cours de cette tournée, il a joué deux nouvelles chansons de son prochain album solo:
“Flickering Flame” et “Each Small Candle”, lors des rappels de son spectacle. En Juin 2002, il a joué au Festival de Glastonbury, effectuant de nombreuses chansons classiques de Pink Floyd.

Waters a quitté le Royaume-Uni peu après l'adoption de la loi sur la chasse a courre (The Hunting Act) en 2004, mettant fin à la chasse a courre. Il s'est installé à Long Island, New York avec sa nouvelle petite amie, Laurie Durning. Fervent partisan de la chasse au renard dans le Royaume-Uni, Waters revendiquait, qu'il quitterait le Royaume-Uni, lorsque la loi serait adoptée:

Roger Waters; "Je suis devenu désenchanté avec l'atmosphère politique et philosophique en Angleterre. C'est tourner autour du pot. J'ai la chance d'avoir la liberté de vivre où je veux parce que je ai fait un peu d'argent. Le projet de loi anti-chasse était assez pour moi, pour quitter l'Angleterre. J'ai fait ce que je pouvais, j'ai fait un concert et un ou deux articles, mais il m'a fait honte d'être Anglais. J'étais dans Hyde Park pour les deux "Countryside Alliance Marches". Il y avait des centaines de milliers d'entre nous là-bas. De bon, et d'honnêtes Anglais. C'est l'une des loi les plus controversées de la législation que nous ayons jamais eu en Grande-Bretagne. C'était dégoûtant".


En Septembre 2004, il publie deux nouvelles pistes sur Internet: "
To Kill the Child" et "Leaving Beirut". Les deux ont été inspirés par l'invasion de l'Irak en 2003. Waters a dit que les chansons ont été écrites immédiatement après le début de la guerre, mais il a retardé leur lancement, juste avant l'élection présidentielle de 2004. Les paroles de "Leaving Beirut" contiennent de fortes attaques contre George W. Bush et le Premier ministre britannique Tony Blair. Après le tremblement de terre de l'océan Indien en 2004 et à la suite du tsunami, Waters a performé "Wish You Were Here" avec Eric Clapton au cours d'un concert-bénéfice sur le réseau américain NBC.

En Février 2005, il a été annoncé sur le site Web de Roger Waters que son opéra, "Ca Ira", avait été achevé après 16 ans de travail. Il a été lancé en CD/DVD par Sony Classical, le 27 Septembre 2005, avec le baryton Bryn Terfel, la soprano Ying Huang, et le ténor Paul Groves. Le livret original a été écrit en français par le regretté Etienne Roda-Gil, qui situe l'opéra au début de la Révolution française. À partir de 1997, Waters a réécrit le livret en anglais.

Roger Waters; "Je ai toujours été un grand fan de musique de chorale, de Berlioz, Borodine et de Beethoven ... c'est sans vergogne romantique, et je réside dans cette tradition du début du XIXe siècle, parce que c'est là que mes goûts se trouvent dans la musique classique et les chorales"


"Ça Ira" a grimpé au sommet des chartes de musique classique, et Waters apparut à la télévision pour discuter de l'album, mais l'entrevue a, la plupart du temps, bifurquée vers sa relation avec Pink Floyd. Waters, cependant, était dérouté à ce propos, un signe que Mark Blake croyait être "un testament de sa moelleuse vieillesse ou vingt années dédiées à la psychothérapie". En 2003, Waters avait fait allusion à un autre album solo, mais en 2009 il nétait pas encore arrivé. Il n'a, cependant, libérer qu'un seul téléchargement, en Mars 2007, intitulé "Hello, (I Love You)", à partir de la bande originale du film "The Last Mimzy". À peu près au même moment, le New York Daily News imprime une histoire prétendant que le groupe se réunirait lors du concert "Live Earth" prévu la même année. Gilmour a nié que Pink Floyd réapparaitrait, mais Waters a convenu de performer à un concert dans le New Jersey.


Le 2 Juillet 2005, Waters et Pink Floyd sont réunis pour un spectacle au concert "Live 8" de Londres, jouant quatre chansons, 23 minutes de jeu, y compris “Speak to Me/Breathe (Reprise)”, ‘Money”, “Wish You Were Here”, et “Comfortably Numb”.

Waters mentionna peu après le Live 8 à l'Associated Press que, l'expérience de jouer comme Pink Floyd à nouveau a été positive, les chances d'une réunion sérieuse était "mince", compte tenu que lui et Gilmour  avaient des idées musicales et des idéologies différentes. Lors d'une interview avec Rolling Stone, Waters en a davantage renier la possibilité d'une future tournée avec Pink Floyd, disant:

"Je ne me vois pas rouler plus d'une journée, alors je ne pourrais pas rouler sur une putain tournée".


Les commentaires ultérieurs sur la question semblent tergiverser selon le côté du lit de lequel se lève Waters. Depuis, il a déclaré lors d'une interview à la radio qu'il serait intéressé par la possibilité d'enregistrer un nouvel album avec le reste de Pink Floyd tant qu'il avait le contrôle créatif. Gilmour a mentionné à plusieurs reprises qu'il est retraité des grandes tournées, ne laissant plus de doute sur la possibilité d'une réunion pour une tournée de Pink Floyd. Plus récemment, Waters est devenu plus ouvert à l'idée d'une réunion tournée Pink Floyd, déclarant au cours d'un documentaire de la BBC "Which One’s Pink":

"C'était vraiment cool, j'aimerais en faire plus", et à la fin de l'émission mentionne "Je ne pense pas que cela va se produire, mais je aimerais ... .bien, vous pouvez demander à David quand vous lui parlerez".


En 2006 W
aters part en tournée en Europe et en Amérique du Nord pour "The Dark Side of The Moon - Live". Dans le cadre de sa performance, il a joué un entièrement l'album sur la seconde moitié de la performance. La premiere moitié étant un mélange des classiques de matériel Pink Floyd et de matériel de sa carrière solo. La mise en scène et l'élaboration est conçue par Mark Brickman, avec projections, et des systèmes complets de son quadriphonique 360 degrés sont utilisés. Mason se joignit à lui pour une partie des dates de tournée. Wright a également été invité à participer à la tournée, mais a décliné en raison de son travail sur des projets solo. Il y avait aussi d'autres étapes en 2007,butant en Janvier en Australie, suivie par la Nouvelle-Zélande, Asie, Europe, Amérique du Sud, et enfin Amérique du Nord en Juin.

Syd
Barrett, décède le 7 Juillet 2006, est resté un sujet d'émotion pour la plupart de ses amis et anciens collègues, y compris Waters, qui a déclaré dans des interviews, avant la mort de Barrett, qu'il serait à la fois difficile et inapproprié pour lui d'essayer de se insérer de nouveau dans la vie d'un vieil ami

Mason a commencé à réparer sa relation avec Waters en 2002. C'est après, que Warters eu parlé à Mason et Bob Geldof, sur la possibilité de la réunion de Pink Floyd au Live 8, que Waters a contacté Gilmour par téléphone et courriel, et il est devenu évident pour certains, que les deux pouvaient converser, au moins sur une base plus amical. Waters avait fait des ouvertures à Wright également avant sa mort 15 Septembre, 2008. Suite à cela, Waters a déclaré sur son site:

"L'oreille de Rick pour la progression harmonique était notre base. Je suis très reconnaissant de l'occasion que Live 8 nous a offerte de se réunir avec lui, David et Nick pour une dernière fois. J'aurai voulu que ce soit plus"


Waters s'oppose à la barrière construite par Israël entre les territoires israéliens et palestiniens, appelant çà; "une obscénité qui devrait être démoli". Il a participé à la marche pour la liberté de Gaza en Décembre de 2009. Il a également exprimé son opposition à l'opération "Iraqui Freedom"  et à la guerre en Afghanistan:

"La perte d'un père est le pilier central sur lequel on prend position. Comme les années passent, les enfants perdent leurs pères, encore et encore, pour rien. Vous le voyez maintenant, avec tous ces pères, de bons  et de vrai hommes, qui ont laissés leur vie en Irak sans aucune raison. J'ai fait "Bring the Boys Back Home” dans les rappels sur les tournées récentes. Il est plus pertinent et poignant de chanter celle-ci maintenant qu'il ne l'était en 1979".

En 2011/2012 Waters presente sa tournée mondiale "The Wall Live". Il termine sa tournée Nord-Américaine en Septembre 2012, avec l'ajout d'une représentation à Québec, sur Les Plaines d'Abraham, devant une foule d'environ 70,000 personnes. Une tournée Européenne est cédulé pour 2013, et ce malgré ses 70 ans.

SES INSTRUMENTS
Bien que Waters ne parle pas beaucoup de l'équipement musical qu'il utilise sur ses tournées et lors de ses enregistrements, il est connu que lorsqu'il a commencé à jouer avec Pink Floyd, il utilisait une basse Hofner, remplacé rapidement avec par une guitare basse Rickenbacker 4001S. Au début des années 70, il est passé à une basse Fender Precision. Il joue souvent avec un "pic", mais est connue pour jouer aussi avec les doigts à l'occasion. Il utilise également une Rotosound Jazz Bass 77. Tout au long de sa carrière, il avait utilisé des amplificateurs WEM, Hiwatt, et Ashdown.

Bien que généralement crédité seulement comme un bassiste et chanteur, Waters est également connu pour jouer de la guitare électrique (Wish You Were Here et Animals - où il a joué de la guitare rythmique sur les pistes "Shine On You Crazy Diamond - Partie 9" et "Sheep ") ainsi que des synthétiseurs et effets, autant avec Pink Floyd que sur ses œuvres solo. Il joue aussi de la guitare acoustique fréquemment lors de ses tournées Live, la plupart du temps sur des pistes de l'album "The Final Cut" et sur la piste "Mother".

Retourner au contenu | Retourner au menu