The Dark Side of the Moon - Le Magicein D'OZ - Pink Floyd

Aller au contenu

Menu principal

The Dark Side of the Moon - Le Magicein D'OZ

Pink Floyd > Bizarrerie et Pink Floyd

Les parallèles fortuits entre le film Le Magicien d’Oz et l’album The Dark Side Of the Moon


The Dark Side of Oz: Pink Floyd’s Cryptic Requiem for Judy Garland?  (Le côté obscur d'Oz : Requiem cryptique de Pink Floyd pour Judy Garland? (Tiré du magazine Rolling Stone-R.K.J. 2006))


Voici quelque chose que j'ai un peu recherché, juste pour le plaisir et le divertissement. Ceci est ma petite incursion dans le monde du "rock classique ".

J'ai récemment regardé la synchronisation maintenant infâme du film Le Magicien d'Oz (1939) avec l'album de Pink Floyd, The Dark Side of the Moon (1973). Depuis des années, j'entendais dire à quel point ces synchronicités étonnantes se produisaient lorsque l’on regardait les deux simultanément.
En fait, j'ai trouvé beaucoup de synchronicités et de correspondances intéressantes. Certaines d'entre elles étaient incroyables.

En regardant de plus près, cependant, je pense avoir trouvé aussi quelque chose de différent sur la synchronisation que peu, voire aucun, semblait avoir remarqué. Je suggère ici que The Dark Side of the Moon était, en grande partie, un hommage énigmatique ou un requiem pour Judy Garland (1922-1969), récemment décédée.

La synchronisation elle-même est souvent qualifiée de "Dark Side of Oz" ou de "Dark Side of the Rainbow". Je me réfère ici à « la synchronisation ».

En toute honnêteté, il faut reconnaître que les différents membres du groupe, ont toujours nié avoir intentionnellement planifié tout lien entre l’album et le film. Ils ont soutenu que toute similitude, est purement fortuite. Cependant, si on ne connaissait pas mieux, on pourrait facilement voir tout l’album, surtout quand on le combine avec The Wizard of Oz, comme faisant principalement référence, et intentionnellement, à Judy Garland.

Beaucoup ont déjà signalé plus de 100 synchronicités et correspondances qui se produisent lors de l'affichage de la synchronisation. Je ne fais pas ça ici. Je ne discute que spécifiquement des synchronicités qui sont pertinentes pour cette interprétation de la synchronisation.

Je crois que la synchronisation doit être visualisée avec une seule lecture de l'album. Certains aiment regarder le film entier en même temps que l'album, ce qui nécessite que le CD soit lu deux fois et demie. Cette interprétation ne fonctionne que pour la première fois. La première chose qui m'a frappé est le match qui a eu lieu pendant la chanson « Breathe ».

  • And balanced on the biggest wave (Et en équilibré sur la plus grosse vague)

  • You race towards an early grave. (Tu cours vers une fin prématurée.)



Cette ligne est chantée alors que nous regardons Dorothy se balancer sur la clôture d’une porcherie, puis y tomber. Beaucoup de gens ont déjà noté l'évidence: il peut s'agir d'une référence à la mort prématurée et précoce de Judy Garland en 1969. La plupart des gens semblaient penser que s’il y avait cette allusion évidente à la mort de Judy Garland lors de la synchronisation, il pourrait très bien y en avoir davantage tout au long de l’album. Après tout, les thèmes principaux de l'album The Dark Side of the Moon sont le temps, la mort et la folie. Selon tous les témoignages, Judy Garland a tenté au moins une fois de se suicider, a sombré dans la toxicomanie toute sa vie et a fini par mourir, et a eu des problèmes de santé mentale avec lesquels elle a longtemps lutté.

En recherchant certaines des circonstances entourant la vie et la mort de Judy Garland, j'ai découvert que tout l'album de Pink Floyd, en parle tout au long. Je partage ces conclusions avec vous ici pour votre considération.

SPEAK TO ME : (PARLE MOI)
La première référence cryptique (Dissimulé, voilé) à Judy Garland se produit lorsque « Speak To Me » glisse sur « Breathe ». Ce que nous entendons peut-être le son d'un projecteur de film. Ceci est suivi de cris alors que les noms du producteur, Melvin LeRoy, et du réalisateur, Victor Fleming, apparaissent à l'écran. Les hurlements sont très probablement une référence aux abus subis par Judy Garland par ces hommes.
Judy Garland avait 16 ans lors du tournage du Magicien d'Oz. Apparemment, le calendrier chargé de tournage était trop fatigant pour elle. En plus de cela, les patrons de la MGM étaient préoccupées par son poids. La productrice et réalisatrice du film lui aurait donné certaines pilules afin de renforcer son énergie et de contrôler son poids afin de pouvoir terminer le tournage à la date prévue. (Cette information est accessible au public dans plusieurs biographies de Judy Garland.) En raison de sa consommation de drogue au cours de son séjour à Oz, elle a vécu une vie de toxicomanie et d’alcool. Sa mort soudaine en 1969 à l'âge de 47 ans a ébranlé des millions de fans dans le monde entier. Elle est morte d'une overdose accidentelle de barbituriques. Il a été observé que son travail sur Oz avait fait d'elle une star, mais l'avait aussi entraînée vers sa disparition précoce.



Lors du tournage d'Oz, Judy Garland a été victime d'abus de la part de MGM qui serait illégal aujourd'hui. Par exemple, le directeur de Oz, Victor Fleming, l’aurait giflé une fois au visage, pour s'être moquée et rigoler lors de nombreuses prises. Le rôle flamboyant de Bert Lahr en tant que « Le lion peureux » aurait été la cause de son rire lors du tournage.

Après un trop grand nombre de fou  rire de l’adolescente, Victor Fleming l'a giflée au visage pour la "guérir" de ces éclats de rire. (Cette information est également de notoriété publique dans diverses biographies de Garland). Si une telle chose devait se produire aujourd'hui, M. Fleming aurait pu être accusé de voies de fait, et MGM en violation des plusieurs lois du travail, concernant les mineurs.



Notez également, que les titres des deux premières pistes sont similaires à ce que l'on puisse dire en cas de panique, de mort,  ou de surdose de drogue, "Parle-moi! Respire!"

BREATHE  (RESPIRE)
Les premières références à la mort prématurée de Judy Garland apparaissent dans la synchro pendant Breathe:

  • Look around and choose your own ground. (Regarde  autour et choisis ta terre).

Cette ligne peut être une référence à l’année où Judy Garland a passé sa vie sans lieu de sépulture fixe. La National Enquirer s'est fait connaître, en étant les premiers à raconter que Judy Garland n'avait pas encore été enterrée, un an après sa mort! Ses restes ont été entreposés dans une crypte temporaire du cimetière Ferncliff à Hartsdale, New York. Après que l'histoire eut commencé à s’ébruiter, sa famille a rapidement pris les dispositions nécessaires pour inhumer le corps afin d'éviter toute honte et gêne supplémentaires.

  • And smiles you'll give and tears you'll cry (Et les sourires que tu donneras et les larmes que tu verseras)

Voici une référence au fait que Judy Garland a apporté des sourires à des millions de personnes, pourtant sa propre vie a été remplie de nombreuses larmes de chagrin. Judy Garland est morte pratiquement sans le sou.
Le magicien d'Oz est l’un des films les plus regardé de tout les temps. Il serait difficile de trouver quelqu'un qui n'ait pas vu le film au moins une fois. Peu importe l'âge ou la génération, presque tout le monde l'a vu. Et pourtant, parce que les royautés n'étaient généralement pas payés aux acteurs de cinéma à cette époque, Judy Garland n'a jamais reçu un centime du film lui-même au-delà du salaire qu'elle avait été payé à l'époque.
Sa carrière a décliné à la fin de sa vie. Elle devait des arriérés d'impôts qu'elle ne pouvait pas payer. Ils ont saisies la plupart de ses biens et de l'argent. Elle s'est essentiellement écrasée, ravagée. Tout cela alors que le magicien d'Oz jouissait d'un succès sans précédent à la télévision année après année, et qu'elle ne recevait aucune redevance.
…Très triste.

  • For long you live and high you fly (Aussi vieux tu vivras et aussi haut tu voleras)

  • But only if you ride the tide (Mais seulement si tu suis le courant)

  • And balanced on the biggest wave (Et en équilibré sur la plus grosse vague)

  • You race towards an early grave. (Tu cours vers une fin prématurée.)

Comme je le mentionne précédemment, il y est clairement fait référence à la mort prématurée de Judy Garland en 1969.

ON THE RUN (EN CAVALE)
Ce morceau n'a pas de paroles. Mais il convient de noter que cela a lieu, dans la synchronisation, pendant que Dorothy chante « Over The Rainbow ». Notez que les deux chansons ont le même acronyme, OTR.

TIME (LE TEMPS)
La chanson « Time » continue sur le thème de la mort et se débat avec la brièveté de la vie. Ceci s'applique à Judy Garland. Et c'est aussi descriptif de la lutte humaine, universelle.

Ce qu'il faut retenir, c'est que la synchronisation ne concerne pas tant le Magicien d'Oz que Judy Garland. Sur l'écran, nous regardons des images de Judy Garland, pas "Dorothy".
Par exemple, la chanson « Time » est jouée pendant la scène où Dorothy trouve le professeur Marvel. Cependant, aux fins de la synchronisation, Judy Garland, âgée de 16 ans, lit le panneau indiquant: "Laissez-le lire votre passé, votre présent et votre avenir dans son cristal."



La jeune Mme Garland entre à l’intérieur du bureau du professeur Marvel. On la voit alors regarder la boule de cristal avec inquiétude, inquiète de ce que l'avenir lui réserve. Après que le professeur lui ait lu son avenir, on peut voir un regard de consternation sur son visage. Elle part ensuite brusquement, visiblement très inquiète.

La chanson et ces images, ensemble, préfigurent le futur qui attend Judy Garland. Elle allait devenir l'une des artistes les plus aimés au monde. Et pourtant, sa vie sera en proie à la toxicomanie, à des tentatives de suicide, à quatre mariages ratés et à de multiples problèmes psychiatriques. Et enfin, la mort subite d'une overdose de barbituriques à l'âge de 47 ans, un avenir inquiétant en effet.

THE GREAT GIG IN THE SKY (LE GRAND CONCERT DANS LE CIEL)
Il est intéressant de noter que cette chanson commence précisément au début de la scène « Tornado » dans le film, puis se termine précisément à la fin de la scène « Tornado ».



Dans la synchro, cette chanson devient une représentation picturale puissante de la mort de Judy Garland. Dorothy (Judy) se rend chez elle en constatant qu'elle a été abandonnée par ceux sur qui elle a compté pendant une tornade (période mouvementée de sa vie). Elle est laissée seule. Dans le film, Dorothy est frappée à la tête par une fenêtre, assommée inconsciente, et commence un rêve. Dans la synchronisation, cela parle de la mort de Judy Garland.

MONEY (L’ARGENT)



La chanson Money parle de l'exploitation de Judy Garland par les studios MGM. Dès que Dorothy sort de la maison qui vient de tomber dans Munchkinland, nous voyons Judy Garland en gros plan et nous entendons le son de plusieurs caisses enregistreuses.

La vie de Judy Garland, dans la toxicomanie, est née du fait que les studios MGM l'ont transformées en une jeune accroc aux pilules, tout juste pour pouvoir faire tourner leurs films. Ils lui ont donné des pilules pour, entre autres, garder son poids pour les caméras. Cette chanson parle de la cupidité des producteurs de films. En fait, il y a une référence cryptique au studio de cinéma dans les paroles de la chanson. Notez que les trois premières lignes des paroles contiennent l’acronyme M-G-M.

  • Money, get away.

  • Get a good job with good pay and you're okay.

  • Money, it's a gas.

Une autre référence à Judy Garland et à MGM apparaît dans Money tandis que nous voyons un gros plan de Dorothy tenant Toto:



  • Money, get back (Argent, revient)

  • I'm all right Jack keep your hands off of my stack (Je vais bien Jack, garde tes mains loin de ma pile).

Le nom de Jack fait probablement référence à Jack Warner, chef de Warner Brothers, l'arnaqueur de la MGM à l'époque d'Hollywood. MGM considérait Judy Garland comme sa «vache à lait» et avertissait Warner Bros., de ne pas toucher à sa «pile». La jeune Judy Garland était uniquement perçue comme une source de liquidités pour les studios avides.

Dès que Dorothy (Judy) atterrit à Munchkinland (MGM Studios), elle reçoit le «traitement royal». Elle est félicitée par les Munchkins. Et elle est conduite dans une calèche. Pendant tout ce temps, elle regarde autour d'elle, avec étonnement, devant tout le tapage qu'elle a causé et l'attention qu'elle a eue. Ceci est similaire au traitement que Judy Garland a reçu de la part de MGM pendant qu’ils l’utilisaient… pendant qu’ils l’exploitaient.

US AND THEM (NOUS ET EUX)

La chanson « Us and Them »évoque probablement les émeutes de Stonewall en 1969 à New York.

Judy Garland était une «icône» parmi les homosexuels des années 1950 et 1960. Elle aurait officieusement dédié la chanson « Over the Rainbow » aux homosexuels dans leur lutte pour trouver l'acceptation et la tolérance. De nombreux hommes homosexuels, dont la majorité étaient «dans le placard» à l'époque des droits des homosexuels, se sont mystérieusement appelés eux-mêmes et les uns les autres comme «amis de Dorothy».

Le soutien de Judy Garland à la communauté gay a été une partie importante de sa vie. Et aucun hommage envers elle ne serait complet sans une reconnaissance de ce fait.

Judy Garland est décédée le 22 juin 1969 à Londres. Ses funérailles ont eu lieu le 27 juin 1969 à Manhattan au salon funéraire Frank E. Campbell coin de Madison Avenue et de la 81st Street. Quelque 22,000 personnes ont passé devant le cercueil ouvert de Judy sur une période de vingt-quatre heures. Parmi eux se trouvaient beaucoup d'hommes homosexuels qui venaient rendre un dernier hommage à quelqu'un qui leur avait montré un grand soutien et des encouragements au fil des ans.

Plus tard dans la nuit, de nombreux homosexuels ayant assisté à ses funérailles se seraient rendus au Stonewall Inn de Greenwich Village, à New York. Nombre d'entre eux se seraient plaints et se seraient souvenus de Garland, récemment décédé. Le soir même du 27 juin 1969, le département de police de la ville de New York décida de faire irruption au Stonewall Inn (un bar gay illégal ouvert après les heures normales de travail). Habituellement, lorsque ces clubs gays faisait l’objet d’une perquisition, la plupart des clients s’enfuyaient avant d’être pris. Cette nuit là, cependant, les clients du Stonewall Inn ont décidé de se défendre. Ils ont provoqué des émeutes qui ont duré plusieurs jours.

À ce jour, la communauté gaie considère que la manifestation de Stonewall qui a débuté le 27 juin 1969, est le début du mouvement pour les droits des homosexuels. Le 27 juin est la date du défilé annuel de la Gay Pride à New York. Fait intéressant, c'est peut-être la mort de Judy Garland qui a déclenché la fierté gay dans le monde entier.

En fait, on dit que l'arc-en-ciel, symbole de la fierté gay, remonte à Judy Garland et Oz.




Lorsque la chanson commence, la première chose que nous voyons est un Munchkin montrant à Dorothy un acte de décès. Ce certificat, synchronisé, devient une référence à la mort de Judy Garland. La chanson commence avec une musique d'orgue sombre. Ce qui suit est un hommage énigmatique à son soutien de la communauté gay et à son lancement par inadvertance du mouvement mondial des droits des homosexuels à travers sa mort. À ce jour, le 27 juin 1969, jour des funérailles de Judy Garland, est reconnu comme le jour de la naissance du mouvement mondial de la fierté gay.



Les trois ballerines de la Lullaby League entrent en scène et nous entendons ces paroles:

  • Us, and them (Nous et eux)

  • And after all we're only ordinary men. (Et après tout, nous sommes des hommes ordinaires)

Dans la synchronisation, les trois ballerines se désignent comme des «hommes ordinaires». Lorsque les paroles sont combinées à la synchronisation, cela devient une référence pour les homosexuels, en particulier les travestis et les transgenres. Il est représentatif de la communauté homosexuelle et remercie Judy Garland de soutenir leur cause depuis tant d'années.


  • Me, and you. (Moi et toi)

  • God only knows it's not what we would choose to do (Dieu seul sait que ce n’est pas ce que nous choisirions de faire)


Leur orientation n’est pas leur choix.

  • Black and blue (Noir et bleu)

  • And who knows which is which and who is who?  (et qui sait lequel est lequel etqui est qui)

La police est normalement une force, pour le bien. Cependant, pour les clients de Stonewall en juin 1969, ils constituaient une force pour l'oppression et le mal. Les hommes en bleu sont devenus, aux yeux des clients de Stonewall, aussi méchants que la Sorcière de l’Ouest à Munchkinland.


  • Listen son, said the man with the gun (Écoute fils,a dit l’homme avec le pistolet)

  • There's room for you inside. (Il y a de la place pour toi là-derdans)

Il y a de la place à l’intérieur du wagon de paddy. Notez également que pendant la synchronisation, cette ligne de la chanson apparaît juste avant que la sorcière maléfique du film dise: "Je vais te chercher ma jolie ..."




ANY COLOR YOU LIKE (LA COULEUR DE TON CHOIX)

Au cours de cette chanson, nous assistons au début d'une expérience hallucinatoire. Dorothy est confuse quant à la direction à prendre sur la route de brique jaune qui se divise en plusieurs directions. Elle est surprise de trouver un épouvantail qui lui parle. Cela parle du début des «lésions cérébrales» que Judy Garland a subies dans sa vie. Ceci est la transition vers la chanson suivante qui parle du jour de la mort de Judy Garland.

BRAIN DAMAGE (LÉSIONS CÉRÉBRALES)

  • The lunatic is on the grass. (Le cinglé est sur l’herbe)

  • The lunatic is on the grass. (Le cinglé est sur l’herbe)

  • Remembering games and daisy chains and laughs. (Se souvenant des jeux, des guirlandes de paquerette et des rires)

  • Got to keep the loonies on the path. (Faut garder les timbrés sur la route)

Le dictionnaire Webster définit une chaîne de marguerites comme une guirlande ou une couronne de pâquerettes. Une référence cryptique intentionnelle à Judy Garland?

  • The lunatic is in my head. (Le cinglé est dans ma tête)

  • The lunatic is in my head. (Le cinglé est dans ma tête.)

  • You raise the blade, you make the change (Tu soulèves la lame, tu fais la différence)

  • You re-arrange me 'til I'm sane. (Tu me ré-arrange jusqu’à ce que je sois sain)

You lock the door (Tu verrouilles  la porte)

  • And throw away the key (Et jette la clé)

  • There’s someone in my head but it’s not me (Il y a quelqu’un dans ma tête et ce n’est pas moi)

Ces lignes de la chanson se produisent, de manière synchrone, au moment même où Dorothy et l'Épouvantail s'approchent des pommiers. Un des pommiers commence à parler à Dorothy. Elle lui à répond, puis s'arrête dans une réaction retardée. Dans le film, elle demande à l'arbre: «As-tu dit quelque chose?». Nous voyons alors une jeune Judy Garland (en tant que Dorothy) entourée d'un épouvantail vivant, respirant et parlant, et de pommiers qui lui parlent et jettent leurs propres pommes chez elle! Les dommages au cerveau augmentent.



En 1949, Judy Garland a commencé de nombreux séjours dans des hôpitaux psychiatriques sous les ordres des médecins. À l'âge de 26 ans, elle a subi la thérapie d'électrochoc. En 1951, elle tente de se suicider. Elle le fera encore plusieurs fois avant de mourir. Sa tentative de suicide la plus médiatisée a été lorsqu'elle s'est tranché la gorge. Ces lignes de la chanson ressemblent à une référence très spécifique à ces problèmes psychiatriques et à ces tentatives de suicide.

  • And if the dam breaks open many years too soon  (Et si le barrage se rupture des années trop tôt)

  • And if there is no room upon the hill (Et s’il n’y a plus de place sur la colline)

  • And if your head explodes with dark forebodings too (Et si ta t^te éclate avec trop de mauvais  pressentiments)

  • I'll see you on the dark side of the moon. (Je te retrouverai sur la face cachée de la lune)

Ceci est une autre référence à la mort prématurée de Judy Garland et au début de la maladie mentale qui l’a précédée.

  • And if the cloud bursts, thunder in your ear (Et si les nuages éclatent, la foudre dans tes oreilles)

  • You shout and no one seems to hear. (Tu cries et personne ne semble t’entendre)

La nuit de sa mort, Judy Garland aurait eu une dispute avec son mari de l'époque, Mickey Deans, avec lequel elle n'était mariée que depuis quelques mois. Elle a fait irruption dans l'appartement et s'est mise à crier, à hurler et à se déchaîner comme une «folle». De nombreux voisins l'ont remarqué. Au bout d'un moment, son mari l'a simplement ignorée et s'est endormie pendant qu'elle lui hurlait des cris de l'extérieur.

Le lendemain matin, il la retrouva morte dans leur salle de bain.

Peut-être que la phrase «Le cinglé est sur l'herbe» fait référence à Judy Garland qui se déchaîne devant son appartement à Londres juste avant sa mort.

  • And if the band you're in starts playing different tunes (Et si le groupe que tu as se met à jouer différentes mélodies)

  • I'll see you on the dark side of the moon (Je te retrouverai sur la face cachée de la lune)

Au cours des dernières années de sa vie, Judy Garland a fait la une pour son incohérence sur scène lors de concerts. Elle avait du mal à parler. Elle a oublié les paroles. Le groupe "jouant des airs différents" est très probablement une référence à ces performances.


Le mot lunatique est dérivé du mot latin pour lune, luna. Cette chanson juxtapose son désir précoce d'aller au-delà de l'arc-en-ciel et «derrière la lune» avec sa mort prématurée après avoir fulminé dehors comme un fou.

Judy Garland est peut-être la "folle sur l'herbe".

ECLIPSE

  • All that you touch (Tout ce que tu touches0

  • All that you see (Tout ce que tu vois)

  • All that you taste...  (Tout ce que tu goûtes)

Eclipse est la dernière chanson de l'album. C'est la dernière chanson d'adieu de ce requiem.

Une note intéressante ici. Même si chacune des lignes de la chanson commencent par le mot « All », il semble parfois que ce soit le mot « Oil » qui soit chanté. Par exemple, au moment précis où se produit la ligne «All (Oil?) that you see», Dorothy voit le bidon d'huile sur la souche d'arbre à côté du « Tin Man ».

Une autre chose à noter. Notez que le nom de l'auteur des livres Oz, BAUM, figure dans l'acronyme des pistes 5 à 8 du CD, en sens inverse. … Un message crypté?
1 Speak To Me/Breathe (4:00)
2 On The Run (3:33)
3 Time (7:06)
4 The Great Gig in the Sky (4:44)
5
Money (6:32)
6
Us and Them (7:40)
7
Any Colour You Like (3:25)
8
Brain Damage (3:50)
9 Eclipse (2:04)



AUSSI À NOTER:
Le magicien d'Oz est l'un des tout premiers longs métrages à utiliser la technologie Technicolor. Il est intéressant de noter que la technologie Technicolor à l'époque, impliquait l'utilisation d'un prisme à l'intérieur de la caméra qui créait des bandes de film noir et blanc en alternance, chacune teintée dans les couleurs primaires de bleu, vert et rouge. L'utilisation du prisme sur la couverture de l'album DSOTM, où les rayons lumineux N & B sont scindés en couleurs, est une référence claire à la technologie Technicolor naissante du film.

Toute l'avidité dont il est question dans la synchronisation est juxtaposée à la devise latine de la bande circulaire entourant le lion MGM ; "Ars Gratia Artis" ("L'Art pour l'art").

Je vous invite à regarder la synchronisation avec cette interprétation en tête. Il ne s’agit pas d’une centaine de synchronisation. C’est un projet audio-visuel étonnant de Pink Floyd, réalisé 8 ans avant l’avènement de MTV, sur un thème cohérent.

Même si les membres du groupe ont nié tout lien intentionnel entre The Dark Side of the Moon et The Wizard of Oz, ou ont affirmé ne rien savoir du tout, ils encouragent en fait leurs fans à voir la synchro et à en juger par eux-mêmes. … Hmmm.

Découvrez cela sur le site officiel de Pink Floyd -
Fait historique n ° 28 de la liste des 30 faits Floydiens sur Dark Side:

28. Tout au long des années 1990, des rumeurs persistèrent selon lesquelles l'album était censé être écouté en regardant « The Wizard of Oz » . De nombreuses similitudes ont été décrites entre la musique, les paroles et le film. Le groupe a nié que le film classique les aient impressionnés lors de l'enregistrement de l'album, mais si vous voulez en juger par vous-même, assurez-vous de démarrer le CD au troisième rugissement du lion MGM au début du film!
Deux des sept albums que Pink Floyd a publiés avant The Dark Side of the Moon étaient, en fait, des bandes sonores officielles autorisées pour des longs métrages. En 1969, ils ont sorti un album intitulé More, qui était la bande originale d'un film du même nom. En 1972, ils ont sorti un album intitulé Obscured By Clouds, qui était la bande originale d'un film intitulé La Vallée. Cela montre qu'ils étaient intéressés à composer de la musique pour des longs métrages et qu'ils étaient capables de le faire. Ils avaient l'expérience et les compétences pour le faire.


L'alignement de l’album sur Le magicien d'Oz aurait impliqué exactement le même processus que pour attribuer la musique à un autre film. Tout ce dont ils avaient besoin était une copie 35 mm du film "Le magicien d’Oz", un projecteur et un chronomètre afin qu’ils puissent «horodater» les différents événements à l’écran, puis enregistrer et éditer la bande maîtresse de l’album afin qu’elle se synchronise lors de la lecture du film. À la lumière de leur expérience dans la réalisation de films, pensez-vous que cela dépassait les capacités de Pink Floyd à l'époque?

Si cette synchronisation a été faite intentionnellement par Pink Floyd, alors c’est vraiment un travail de génie créatif. C'est un hommage très réfléchi à l'un des artistes les plus aimés des États-Unis qui mérite sa place dans les annales de l'histoire de l'album rock. Je soupçonne que cela peut très bien avoir été fait exprès. Depuis que Roger Waters a écrit toutes les paroles de The Dark Side of the Moon, il est peut-être le seul génie créateur derrière cette synchronisation. Peut-être que les restrictions de droits d'auteur obligent Pink Floyd à nier toute intention délibérée de concevoir l'album comme une bande-son alternative pour The Wizard of Oz. Si c'est le cas, c'est compris.

Si, cependant, ils n'avaient aucune intention et que ce sont toutes des coïncidences « cosmiques » qui ont réuni l'album et le film pour former ce qui semble être un hommage à Judy Garland ;
...Eh bien...
... Peut-être que Judy Garland était le génie créateur derrière tout ça.
... Hmmm.






Retourner au contenu | Retourner au menu