The First Three Single - Pink Floyd

Aller au contenu

Menu principal

The First Three Single

Discographie > Compilations

LES TROIS PREMIERS 45 TOURS
4 AOUT 1997

Il s'agit des trois premiers 45 tours de Pink Floyd, tous sorti originalement en 1967. Le dernier en titre Apples and Oranges est sorti le 17 novembre, alors que le 6 Novembre 1967 sortait égalerment Flaming/The Gnome. Dans les faits ce dernier était destinés au marché Américain seulement.
Toutes les chansons sont des compositions de Syd Barrett sauf Paintbox, composée par Roger Waters.

ARNOLD LAYNE
La chanson parle d'un personnage, Arnold Layne, un travesti, dont le passe-temps préféré est de voler les vêtements et les sous-vêtements des femmes sur les cordes à linge. Quelques histoires entourent  l'origine de ce qui serait à l'origine de cette chanson. Arnold Layne aurait été un personnage réel, qui avait pour habitude de voler les sous-vêtements des mères de Syd Barrett et de Roger Waters pendant leur enfance à Cambridge, ou encore une histoire à propos de la mère de Joe Boyd (1ier producteur de Pink Floyd), qui louait des chambres à des jeunes filles dont les vêtements disparaissaient systématiquement, soit disant volés par un pervers.

La chanson se classe dans le Top 20, mais devant le thème du travestisme, tabou à l'époque, Radio Londres, qui considère tout d'abord la chanson trop étrange et très éloignée de la société "normale", décide de l'interdire par la suite à la radio.

Un clip vidéo en noir et blanc a été réalisé en 1967, avec en vedette les membres de Pink Floyd en train d'habiller un mannequin avant de le balader sur une plage. Peu après le décès de Syd Barrett, un clip vidéo alternatif a été retrouvé et présenté sur YouTube avec des scènes du groupe dans une forêt et devant une église.

Arnold Layne had a strange hobby  
collecting clothes
Moonshine, washing line
They suit him fine


On the wall hung a tall mirror
Distorted view
See thru' baby blue

He dug it - oh Arnold Layne
It's not the same
Takes two to know
Two to know
Why can't you see

Arnold Layne, Arnold Layne, Arnold Layne,

Now he's caught
A nasty sort of person
They gave him time
Doors clang, chain gang

He hates it - Oh Arnold Layne
It's not the same
Takes two to know
Two to know
Why can't you see

Arnold Layne, Arnold Layne, Arnold Layne,
Don't do it again

Arnold Layne avait un étrange passe temps.
Collectionner des vêtements
Au clair de Lune, sur les cordes à linge.
Ils lui vont bien.

Sur le mur, un grand miroir était accroché
Vue déformée
regarde à travers le bleu clair

Il l'a compris - Oh Arnold Layne
C'est pas la même chose
Il en faut deux pour savoir
Deux pour savoir
Pourquoi ne le vois-tu pas?

Arnold Layne, Arnold Layne, Arnold Layne,

Maintenant il s'est fait attraper,
Par une personne malsaine.
Ils l'ont collé au trou,
Claquement de portes, bruits de chaînes

Il deteste ça - Oh Arnold Layne
C'est pas la même chose
Il en faut deux pour savoir
Deux pour savoir
Pourquoi ne le vois-tu pas?

Arnold Layne, Arnold Layne, Arnold Layne,
Ne le rafait plus

CANDY AND A CURRANT BUN
SUCRERIE ET PETIT PAIN AUX RAISINS
Candy and A Currant Bun s'intitulait à l'origine "Stoned Alone" (Seul, Défoncé - déjà écrite en 1966) puis renommée "Let's Roll Another One" (Roules-En un Autre). Le titre ainsi que les paroles durent être modifiés car  la BBC (British Broadcasting Corporation) jugait les paroles trop explicites. La phrase faisant allusion à la drogue, disparaît complètement.

Oh my, girl sitting in the sun
Go buy, candy and a currant bun
I like, to see you run
Like that......

Oooh, don't talk to me
Please just fuck with me
Please you know I'm feeling frail

It's true, sun shining very bright
It's you, who I'm gonna love tonight
Ice cream, taste good in the afternoon
Ice cream, taste good if you eat it soon

Oooh, don't touch me child
Please you know you drive me wild
Please you know I'm feeling frail

Don't try another cat
Don't go where other you must know why
Very very very frail

Oh my, girl sitting in the sun
Go buy, candy and a currant bun
I like, to see you run
Like that......

Oh ma fille assise dans le soleil
Va acheter des sucreries et des petits pains aux raisins
J'aime te voir courir
J'aime çà ....

Oooh, ne me parle pas
s'il vous plait, fait juste baiser avec moi
S'il vous plait, tu sais, je me sens fragile.

C'est vrai, le soleil brille vraiement fort
C'est toi, à qui je vais faire l'amour ce soir
La crème glacée, a meilleur goût l'après midi
La crème glacée, a meilleur goût si tu la manges tôt

Oooh, ne me touche pas chérie
S'il vous plaît, tu sais que tu me rends dingue
S'il vous plait, tu sais, je me sens fragile.

N'essaie pas un autre chat
Ne va pas en voir d'autres, tu sais très bien pourquoi
Vraiement vraiement vraiement fragile

Oh ma fille assise dans le soleil
Va acheter des sucreries et des petits pains aux raisins
J'aime te voir courir
J'aime çà....

SEE EMILY PLAY
REGARDE EMILIE JOUER
Le groupe l'interprète pour son premier passage à l'émission télévisée "Top of The Pops" le 6 juillet 1967. See Emily Play s'intitulait à l'origine  "Games For May" et fût écrite pour le festival "Games for May - Space Age relaxation for the climax of Spring" . Il s'agit d'un seul concert tenu le 12 mai 1967 au Queen Elizabeth Hall de Londres au cours duquel Pink Floyd y joue, et pour la première fois utilise des équipements quadraphoniques C'est à l'initiative de Norman Smith qu'elle sera retravaillée et deviendra See Emily Play.

Les slides de Barrett sont exécutés avec un briquet Zippo! Ce dernier dira;
"Nous n'aimions pas tellement "Arnold Layne", mais nous sommes plutôt contents d'Émily"
Il a toujours évoqué sa composition comme la matérialisation d'un rêve à la Coleridge,
"je dormais dans un bois, après un gala dans le Nord, lorsque je vis venir, à travers les arbres, une jeune fille qui criait et dansait, c'était "Émily".

Le nom d'Émily de la chanson ferait référence à une jeune femme bien réelle, Emily Young, fille de l'auteur aristocrate Wayland Young, surnommée "l'étudiante psychédélique" en raison de sa présence fréquente au club UFO.

En juin 2003, le quotidien anglais The Times a interviewé Emily Young, âgée de 51 ans, source d'inspiration de la chanson. ...

"Mon ami et moi avions l'habitude d'aller danser le vendredi soir, raconte-t-elle, et le groupe était ce truc appelé The Pink Floyd Sound. Je ne leur ai pas prêté beaucoup attention parce que j'étais occupée à danser et bavarder - il y avait une poignée de cinglés à Notting Hill à cette période, plein de poètes et de beatniks. Quelqu'un a écrit récemment une biographie de Syd Barrett et a dit que j'étais une fan et que j'étais là pour eux. Je dois dire que ce n'est pas vrai, j'ai à peine fait attention au groupe car j'étais plus intéressée par les poètes. Mais, apparemment, Syd m'aurait remarquée et pour une quelconque raison, il a décidé d'écrire cette chanson. Peut-être avons-nous partagé un joint, mais ce n'est quand même pas une chanson d'amour".

Radio London, qui a interdit la radio diffusion d'Arnold Layne auparavent, place See Emily Play en tête de sa liste. Le titre se vend si bien que Pink Floyd apparait trois semaines d'affilée à l'émission Top of The Pops.

Ce fût l'un des titres favoris de Rick Wright, et même de David Gilmour qui n'y a pas participé. Ce dernier garde par ailleurs un souvenir amer des séances d'enregistrements de la chanson, alors qu'il rend visite au groupe en simple curieux, et qu'il constate avec tristesse que son copain Syd Barrett, l'oeil vide, ne le reconnaît pas.

See Emily Play est depuis apparue sur les compilations Relics (1971), Works (1983), Shine On (1992), Echoes: The Best of Pink Floyd (2001). Elle a également été incluse dans la réédition commémorant le quarantième anniversaire de The Piper at the Gates of Dawn, en 2007. Quelques mesures de la chanson ont été reprises par Rick Wright, à la fin du morceau Shine on You Crazy Diamond, sur l'album Wish You Were Here (1975), dont un des thèmes centraux est Syd Barrett.

David Bowie en fait une reprise en 1973 dans son album Pin Ups.

Emily tries but misundestands
She's only inclined yo borrow somebodys
dream 'till tomorrow

There is no other day
Let's try it another way
You'll loose your mind and play
three games for may
See Emily Play

Soon after dark Emily cries
She's gazing at trees in sorrow
Hardly a sound 'till tomorrow

There is no other day
Let's try it another way
You'll loose your mind and play
three games for may
See Emily Play

Put on a gown that touches the ground
Float on a river for ever and ever
Emily

There is no other day
Let's try it another way
You'll loose your mind and play
three games for may
See Emily Play

Émilie essaie mais ne comprend pas
Elle a tendance à emprunter les rêves des autres
jusqu'au lendemain

Il n'y a pas d'autres jours
Essayons d'une autre façon
Tu as perdu la raison et tu joues
Trois jeux en Mai
Regarde Émilie jouer

Peu après la nuit Émilie pleure
Elle regarde à travers les arbres en pleurs
À peine un son jusqu'au lendemain

Il n'y a pas d'autres jours
Essayons d'une autre façon
Tu as perdu la raison et tu joues
Trois jeux en Mai
Regarde Émilie jouer

Elle mets une robe qui touche le sol
Flottant sur une rivière pour toujours et à jamais, Émilie, Emilie

Il n'y a pas d'autres jours
Essayons d'une autre façon
Tu as perdu la raison et tu joues
Trois jeux en Mai
Regarde Émilie jouer

THE SCARECROW
L'EPOUVENTAIL
En face "B" du 45 tours (dont la pochette est dessinée par Barrett) figure The Scarecrow (L'Épouvantail), une projection des tourments de Syd Barrett.

The black and green scarecrow as everyone knows
Stood with a bird on his hat
and straw everywhere
He didn't care....
He stood in a field where barley grows.


His head did no thinking his arms didn't move
Except when the wind cut up rough
And mice ran around on the ground
He stood in a field where barley grows

The black and green scarecrow is sadder than me
But now he's resigned to his fate
Cause life's not unkind
He doesn't mind
He stood in a field where barley grows.

L'épouvantail noir et vert comme chacun sait,
Se dressait avec un oiseau sur son chapeau et de la paille partout
Il ne s'en souciait pas
Il se dressait dans un champ où pousse l'orge


Sa tête ne pensait pas, ses bras ne bougeaient pas
Sauf quand le vent soufflait fort
Et les souris courraient autour sur le sol
Il se dressait dans un champ où pousse l'orge

L'épouvantail noir et vert est plus triste que
moi
Mais maintenant il a accepté son sort
Parce que la vie n'est pas difficile, il s'en fout
Il se dressait dans un champ où pousse l'orge.

APPLES AND ORANGES
POMMES ET ORANGES

Got a flip-top pack of cigarettes in her pocket

Feeling good at the top
Shopping in sharp shoes
Walking in the sunshine town feeling very cool

But the butchers and the bakers in the supermarket stores
Getting everything she wants from the supermarket stores

Apples and oranges
Apples and oranges

Cornering neatly she trips up sweetly
To meet the people
She’s on time again
And then I catch her by the eye then I stop and have to think
What a funny thing to do ‘cause I’m feeling very pink


Apples and oranges
Apples and oranges

I love she
She loves me
See you
See you

Thought you might to know
I’m the lorry driver man
She’s on the run
Down by the river side
Feeding ducks by the afternoon tide

Apples and oranges
Apples and oranges
Apples and oranges


Elle avait un boîtier de cigarettes à couvercle dans sa poche
Se sentant bien au sommet
Magasinant dans ses souliers pointus
Déambulant dans la ville ensoleillée se sentant très détendue
Mais les bouchers et les boulangers du supermarché
Donnant tout ce qu’elle veut du supermarché

Des pommes et des oranges
Des pommes et des oranges

Tournoyant habilement, elle désarçonne agréablement
Pour rencontrer les gens
Elle est encore à l’heure
Et puis Je l’aperçois par le yeux puis je m'arrête et je dois penser
Quelle drôle de chose à faire, parce que je me sens tout rougir

Des pommes et des oranges
Des pommes et des oranges

Je l'aime
Elle m'aime
À bientôt
À bientôt

Je pensé que tu devais savoir
Je suis le chauffeur de poids lourd
Elle est en fuite
Descendant par la rivière
Nourrissant les canards en cet après-midi de marée

Des pommes et des oranges
Des pommes et des oranges
Des pommes et des oranges

PAINT BOX
BOIE A PEINTURE


Last night I had too much to drink
Sitting in a club with so many fools
Playing to rules
Trying to impress but feeling rather empty
I had another drink
Drink - a - drink - a - drink - a - drink

What a way to spend that evening
They all turn up with their friends
Playing the game
But in the scene I should have been
Far away
Away - away - away - away - away
Getting up, I feel as if I’m remembering this scene before

I open the door to an empty room
Then I forget

The telephone rings and someone speaks
She would very much like to go out to a show
So what can I do - I can’t think what to say
She sees through anyway
Away - away - away - away - away

Out of the front door I go
Traffic’s moving rather slow
Arriving late, there she waits
Looking very angry, as cross as she can be
Be - a - be - a - be - a - be - a - be
Getting up, I feel as if I’m remembering this scene before
I open the door to an empty room
Then I forget


La nuit dernière j’ai eu trop à boire
Assis dans un bar avec tellement de fous
Jouant dans les règles,
Essayant d'impressionner mais me sentant un peu vide
J’ai pris un autre verre
Un autre verre un autre verre un autre verre

Quelle façon de passer cette soirée
Ils sortent tous avec leurs amis
Jouant le jeu
Mais dans la scène, j'aurais été
Loin d’ici
Loin loin loin loin loin
Me levant, je me sens comme si je me souvenait de cette scène avant
J’ouvre la porte d’une pièce vide
Puis j’oublie

Le téléphone sonne et quelqu'un parle
Elle aimerait beaucoup sortir pour le spectacle
Alors que puis-je faire ? Je ne sais pas quoi dire
De toute façon, elle a déjà deviné
Loin, loin, loin, loin, loin

Je passe le pas de la porte, j'y vais
La circulation est très lente
Arrivant en retard, là, elle attend
Semblant très en colère, fâchée au possible
Au possible — au possible — au possible
Debout, cette scène me semble être du déjà-vu
J’ouvre la porte d’une pièce vide
Puis j’oublie

Retourner au contenu | Retourner au menu