Zabriskie Point - Pink Floyd

Aller au contenu

Menu principal

Zabriskie Point

Discographie > Films, bandes sonores

ZABRISKI POINT
18 MARS 1970- PREMIERE CINEMATOGRAPHIQUE
29 MAI 1970 - SORTIE ALBUM


À la mi-Novembre 1969, Pink Floyd se rend à Rome pour commencer à travailler sur leur troisième projet de musique de film, "Zabriskie Point" de Michelangelo Antonioni. Antonioni, un directeur italien respecté, avait fait une série culte, sur le "Swinging London" de 1966. Avec sa réputation à son zénith, MGM lui a offert le un gros budget pour diriger un film conceptuel qui puise dans l'anxiété et la privation des droits de la jeunesse Américaine. Le résultat a été, un film flou dont le message précis est vague et ouvert à la spéculation variée. Zabriskie Point peut être, a proprement dit, la manière dont la société détruit systématiquement l'idéalisme des jeunes, de leur éloignement inévitable, et la poursuite ultérieure d'une alternative. En d'autres termes, c'est un film typique de hippie.

Produit par Carlo Ponti, et écrit en partie par le dramaturge Sam Shepard, le film met en vedette Mark Frechette et Daria Halprin, comme deux adolescents désabusés. Le film raconte l'histoire d'une étudiante idéaliste (Daria) et un militant plus radical (Mark) qui se croisent dans la Vallée de la Mort pendant les troubles étudiants des années '60 aux États-Unis. Mark est pris dans les émeutes d'un campus, et est soupçonné d'avoir tirer sur un officier de police.Tandis que la contestation grandit dans les milieux universitaires de Los Angeles, Mark achète un revolver. Il est témoin d'une fusillade au cours de laquelle un étudiant noir est abattu par un policier. Il s'apprête à riposter, mais quelqu'un tire avant lui. Le policier est tué. Craignant d'être poursuivi pour un meurtre qu'il n'a pas commis, il s'enfuit en volant d'un petit avion de tourisme. Il survole la route qui mène à la Vallée de la Mort. Il aperçoit une voiture conduite par Daria, secrétaire d’un promoteur immobilier qu'elle va rejoindre près de Phoenix. Le ballet amoureux que l'avion effectue au-dessus de son véhicule amuse la jeune fille.

Daria
est la jeune secrétaire d'un magnat de l'immobilier avides, cherchant à construire une maison de repos sur la terre sacrée du désert. Mark et Daria se rencontrent à Zabriskie Point et s'aiment dans les dunes. Ensemble, ils décident de se libérer et de se découvre mutuellement, se roulant nue sous le soleil du désert. Ils peignent l'avion de jolies couleurs psychedliques.

Les deux jeunes gens reprennent leurs routes respectives. Mark a décidé de ramener l'avion volé à son propriétaire ; il est abattu par la police lorsqu'il atterrit. Daria apprend par la radio la mort de son ami. Elle se rend dans la luxueuse demeure où l'attend son patron et décide finalement de fuir. Elle imagine alors l'explosion de la villa, une vision dans laquelle sont pulvérisés les objets qui symbolisent la société de consommation. Daria repart seule dans le soleil couchant.
Le film se termine par une explosion symbolique de la maison du patron de Daria sous la musique refondu de "Careful with That Axe, Eugene".

La participation de Pink Floyd est venu quand Antonioni a entendu "Careful with That Axe, Eugene" sur l'album Ummagumma en 1969. Il avait d'abord vu le groupe lors d'un concert au Roundhouse en Octobre 1966, mais a été particulièrement attiré par leur dernier album. Décidant qu'il serait parfait pour la scène finale culminante de Zabriskie Point, qui avait déjà été tournée, il a passé la commande au groupe pour enregistrer une nouvelle version de "Eugène", puis de préparer la musique pour le film pendant que le montage final était  en cours d'achèvement.

Installé dans un hôtel cinq étoiles de Rome, le groupe s'installe dans une routine confortable. "Chaque jour, nous arrivions vers 4:30 heures de l'après-midi", a rappelé Waters. "Nous entrions dans le bar et s'assoyions là jusqu'à 7:00 heures, pus nous titubions jusqu'au restaurant où nous mangions et buvions pendant environ deux heures. A mi-chemin au cours des deux semaines, le mec, il commençait à savoir ce que nous voulions, et à la fin, il est venu avec ce vin qui rend fou. Quoi qu'il en soit ... nous avions fini de manger ... les crêpes Suzette seraient finalement servis aux environs de neuf heures moins le quart ... puis nous nous rendions ivres au studio".

Le groupe travaillait jusqu'à sept ou huit heures du matin, prenait le petit déjeuner à l'hôtel, allait au lit, se levait et de nouveau se dirigait vers le bar. La seule perturbation à cette routine était Antonioni lui-même, qui a insisté, sur la supervision des sessions, personnellement. Aussi rapidement que le film était joué sur un petit écran, Antonioni tentait de diriger la musique du groupe, à la frustration croissante de Roger Waters en particulier.

"Nous avons fait quelques trucs formidables", a rappelé Waters. "Mais il écoutait et s'emportait, et je me souviens qu'il avait cette terrible convulsion, il s'emportait "C'est très beau, mais c'est trop triste", ou "C'est trop fort" Il y avait toujours quelque chose d'imparfait. Vous changiez quelque chose qui était mauvais et il était encore malheureux. C'était l'enfer, un enfer ".

Nick Mason a résumé les deux semaines de travail avec Antonioni ainsi: "Insupportable ... un putain de fou avec qui travailler"

Malgré la surveillance d'Antonioni fourrant son nez partout, le directeur a décidé d'utiliser seulement trois des huit pistes que le groupe a enregistrée. Le reste des bandes ont été prises sur des bribes de, The Grateful Dead "Dark Star", Patti Page "Tennessee Waltz", Kaleidoscopede "Brother Mary", Youngbloods "Sugar Babe", la guitare solo de John Fahey, et un bizarre "yodeling" de Roscoe Holcomb.

Alors que les trois pistes sur Zabriskie Point ne sont pas parmi les plus connus du groupe, ils sont un portrait fascinant d'un groupe en train de subir une profonde transformation. Bien qu'en concert, ils jouaient encore le matériel de "A Saucerful of Secrets" et "The Piper at the Gates of Dawn", ils étaient clairement à la recherche d'un nouveau son, et pense déjà à de nouveaux thèmes et approches pour l'écriture et l'enregistrement de leur musique. Les sections ambiantes, l'utilisation de conditions atmosphériques, et la technique d'entrecoupage de sections de film et de la télévision, en particulier, deviendraient une caractéristique constante des travaux futurs du groupe.

En effet, "The Violent Sequence", écrite par Rick Wright pour accompagner les séquences anti-émeute qui ouvrent le film, dans lesquelles, les étudiants du UCLA sont battus par la police, et éventuellement rejetée par Antonioni, obtiendrait un nouveau soffle de vie, trois ans plus tard, devenat  "Us And Them" sur l'album "The Dark Side of the Moon".

HEART BEAT, PIG MEAT
BATTEMENT DE COEUR, VIANDE PORCINE

Instrumentale

Ce que David Gilmour a décrit comme "terrible, matériel d'une retentissante camelote" est, dans le contexte de la fin des années 60, un collage sonore extrêmement efficace. "Heart Beat, Pig Meat" apparaît sur le générique d'ouverture du film Zabriskie Point. Une des plus belles excursions du groupe dans le domaine des conditions atmosphériques ambiantes, il mêle le dialogue aléatoire et des morceaux de musique avec les méandres de l'orgue Farfisa de Rick Wright, et la voix aigu de Gilmour. Le seul élément constant est le battement de coeur, un courant de fond rythmique qui sous-tend la piste et la propulse tout le long. Nick Mason a enregistré une petite bande en boucle, en utilisant un tam-tam, à laquelle il ajoute ensuite un court délai, pour créer une approximation d'un battement de coeur arythmique.

Antonioni a exprimé la nécessité d'une pièce qui refléterait la nature transitoire et sans conséquence de l'existence axée sur le consommateur, tout en intégrant un sens de l'aliénation que beaucoup de jeunes se sentaient être la conséquence. Les extraits du dialogue qui s'estompent au hasard ont été suggérées par Antonioni et ont été enregistrées directement à partir de la télévision américaine. Les bandes ont été initialement conçus pour une scène dans le film, où Mark montres une succession d'annonces de consommation gonflés, pour des vacances en Floride et pour les nettoyeurs à sec, avec des déclarations sinistres sur la menace des adolescents sur les drogues, prises à partir d'une émission de nouvelles. Il ya même une tranche de Rachmaninov inclus dans le mixage.

Le titre est un jeu évident sur les deux thèmes centraux de la pièce, le terme "viande porcine" se référant au terme que les jeunes américains utilise pour décrire ceux qui ont été brutalisés par la police à Kent State. Deux ans plus tard le groupe utilisrea le thème des battements de coeurs (Haert beat) dans leur plus célèbre album, "The Dark Side of the Moon". Le cochon, invoquée comme un symbole de répulsion de la consommation et de la corruption, qui refera surface comme un thème lyrique majeur sur l'album de 1977 "Animal". Profondément "écologique", Pink Floyd croyait vraiment dans le recyclage... de bonnes idées!


BROTHER MARY
LE FRERE DE MARY

Par Kaleidoscope

DARK STAR
SOMBRE ÉTOILE
par Grateful Dead

CRUMBLING LAND
TERRE EN RUINE
CETTE CHANSON N'A PAS ÉTÉ RETENUE POUR LE FILM

Empruntant son titre au paysage, et les dépôts de sable qui forment Zabriskie Point, qui scroulent littéralement sous les pieds, ce morceau inhabituelle, s'est avéré un véritable départ pour Pink Floyd. Ressemblant presqu une parodie des infuences musicales de d'autres pays sur la bande sonore, fournies par Kaléidoscope, Crumbling Land est un coquet ramassis de pièces de guitares acoustiques, doublé d'harmonies vocales. Le style "country" était sur l'insistance d'Antonioni.

"Il aurait pu se le faire dix fois mieux par de nombreux groupes américains mais il a utilisé la nôtre" dira Gilmour. "Très étrange." Antonioni voulait "une chanson plus heureuse" pour la partie du film où le héros et l'héroïne se promènent dans Death Valley, jusqu'à Zabriskie Point lui-même, avant que le groupe cède la place à "Love Theme" de Jerry Garcia. Bien que réticent à ce départ stylistique, le groupe est d'accord, si ce n'est quepour obtenir qu'Antonioni les laissent tranquilles. Travaillant aux premières coupures du film d'Antonioni, ils ont écrit une chanson qui incorpore les références à la fois du lieu d'action dans le film et les préoccupations plus larges de Waters sur la pollution et la destruction de la nature par l'indifférence des entreprises à l'égard de la société de consommation. Waters, luttant avec ses principes socialistes, issues de sa jeunesse, a trouvé le processus par lequel la société corrompt tout ce qu'elle touche, laissant les gens dépossédés et aliénés dans son sillage. cet aspect deviendra une obsession majeure dans ses compositions pour les dix prochaines années.

Ici, dans un écho de sa lecture de Rupert Brooke, Waters utilise l'image d'un aigle à incarner l'esprit de la nature et à la fin de la chanson, être témion du gaspillage des ressources du monde; l'aigle échappe tout simplement vers la liberté et s'envole vers le soleil.

Dans une référence sournoise à Antonioni lui-même, Waters inclut une référence à l'aparition d'un homme "comme un mirage sur le sable", qui "fait une image animée sur une terre qui s'effrite". La section de fermeture de la piste a été effectivement enregistrée dans les rues de Rome par Nick Mason. Un mélange cacophonique des huées, klaxons, moteurs bruyants, scooters Vespa, et de la rue en générale. Il l'a été conçu pour dépeindre la pollution inutile du monde moderne.

In a while I’ll find the time to make the sunshine mine

in a smile I saw a single eagle in the sky
wheeling, soaring, gliding high

On a hill there lived a man with many shining things

shiny gold, shiny car and shiny diamond rings

wining, dining, shining king

Now the eagle flies in clear blue skies
Breathing in the clear blue air
back here on the ground another dealer coughs and dies
but fifty more come rolling off the floor production line


Then a man commuting like a village on the sand
in his hand a moving picture of the crumbling land
screaming, dealing, movie man

Here we go, hold your breath to see if something blows

Close your eyes, count till ten and see the sunrise rise

Gliding high into the sky

By the holy mansion, let the guardian rise
upon the finger of the king
on high the eagle flies, that glitter all of gold
then wheeling in a cloudy sky, he flies into the sun

Dans un moment, je trouverai le temps de m’approprier le soleil
Dans un sourire, j’ai vu un seul aigle, dans le ciel
Tournoyant, s'élançant, plaanant de haut.

Sur une colline vivait un homme avec beaucoup de choses brillantes
De l’or brillant, une voiture brillante et des bagues en diamants brillants
Buvant, mangeant, un roi brillant

Maintenant l’aigle vole dans le ciel bleu clair
Respirant l’air pur.
Revenir ici sur la terre, un autre marchant tousse et meurt
Mais cinquante autres viennent sortir du placher de la chaîne de production.

Puis un homme surgie tel un mirage sur le sable
Dans sa main une image animée de cette terre en ruine
Hurlant, marchandant, homme de cinéma

Allons y, retenez votre souffle pour voir si quelque chose souffle
Fermez vos yeux, comptez jusqu’à dix et voyez le lever de soleil
S’élevant dans le ciel

Près du manoir sacré, laissez le gardien se lever
Sous les ordres du roi.
D'en haut l’aigle vole, qui scintille tout d’or,
Puis tournoyant dans un ciel nuageux, il vole vers le soleil.

TENNESSE WALTZ
par Patti Page

SUGAR BABE
par The Youngbloods

LOVE SCENE
SCENE D'AMOUR
par Jerry Garcia

I WISH I WAS A SINGLE GIRL AGAIN
JE VOUDRAIS ETRE UNE SIMPLE FILLE À NOUVEAU
par Roscoe Holcomb

MICKEY'S TUNE
LA MELODIE DE MICKEY
par The Kaleidoscope

DANCE OF DEATH
LA DANSE DE LA MORT
par John Fahey

COME IN NUMBER 51, YOUR TIME IS UP
VENEZ ICI NUMERO 51, VOTRE TEMPS EST ECOULE

Instrumentale
Version alternative de Careful With That Axe, Eugene

Cet album a été réédité en Septembre 1997 sous la forme d'un double album, le second CD rassemblant huit morceaux supplémentaires qui n'avaient pas été gardés pour le film : quatre de Jerry Garcia et quatre de Pink Floyd, jamais édités et que l'on retrouve exclusivement sur cet album.


 1. Love Scene Improvisations (Versions 1,2,3 et 4) par Jerry Garcia (The Grateful Dead)
 2. Country Song
 3. Unknown Song
 4. Love Scene (Version 4)
  5. Love Scene (Version 6)

Retourner au contenu | Retourner au menu